Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-44%
Le deal à ne pas rater :
-44% sur la carte mémoire microSD SanDisk Extreme PRO 400 Go
103.49 € 184.99 €
Voir le deal

 

 Teddy R. Lys •

Aller en bas 
AuteurMessage
Teddy R. Lys
Co-Fondatrice ténébreuse ♠
Co-Fondatrice ténébreuse ♠
Teddy R. Lys

Messages : 27
Points : 11
Date d'inscription : 03/06/2012

Feuille de personnage
Age: 12 ans
Capacités et armes:
Couleur: MediumVioletRed

Teddy R. Lys •  Empty
MessageSujet: Teddy R. Lys •    Teddy R. Lys •  EmptyDim 24 Juin - 14:49

*Teddy Lys

    Teddy R. Lys •  Teddy12

    feat Enma Ai de Jigoku Shoujo

      ~Nom: Lys •

      ~Prénom: Teddy Rosie •

      ~Âge: 12 ans •

      ~Sexe: Féminin •

      ~Orientation sexuelle: Bisexuelle •

      ~Race: Zombie •


    ~Capacités et armes:

      ♥ Se fond parmi les Ombres
    • Griffes rétractables
    • Maitrise les ombres
    • Se déboite complètement les membres


~Présentation

    ~Compagnon d'âme :Willow, une veuve noire. Beaucoup plus grande que la moyenne - un peu moins d'une dizaine de centimètres -, ses longues pattes en ont effrayé plus d'un. Entièrement noire sauf sur le dos où un espèce de sablier rouge se dessine, elle est capable de se régénérer à volonté - au cas où un imprudent aurait le malheur de l'écraser, et il suffit d'une minuscule morsure pour que la mort survienne immédiatement. Seule Willow a l'antidote, et elle obéit entièrement à Teddy. Willow ne parle pas aux hommes - elle parle par contre aux autres animaux -, elle les trouve impurs et indignes de leur adresser la parole. Elle s'adresse uniquement à Teddy, dans ses pensées et parfois en paroles. Willow est du même caractère que sa maitresse... parfois en pire.

    Et en cadeau - spécialement pour toi Sweety - une image de Willow :
    Spoiler:
     

    ~Description Physique:
    Teddy Lys. Son prénom reflète bien mal le physique de la Morte-Vivante – terme qu’elle préfère largement à « Zombie ». Avouez : quand vous pensez « Teddy », vous voyez une personne innocente, à l’allure d’un gros nounours, sage et docile. Ou alors une fille naïve, innocente et pleine de joie de vivre. Mais vous ne vous attendez sûrement pas à ce que vous avez devant vous, c’est-à-dire une jeune fille ténébreuse, au regard fou et au visage dur. Car il faut bien l’avouer : Ted n’a pas toute sa tête (dans tout les sens du terme). Mais nous y reviendrons plus tard. Pour commencer, parlons de son corps en général. De loin, on pourrait prendre pour un serpent. Ou un robot. Vivace et souple, elle se déplace comme un animal, avec agilité et sans hésitation, comme si chaque pas était parfaitement maitrisé. Ce qui renforce une fois de plus la sensation d’animal chez Ted, ce sont ses chaînes, celles qu’elle porte aux poignets, noirs et émettant un fin cliquetis, annonciateur de sa venue. Elle ne peut pas les enlever, et ne le souhaite d’ailleurs même pas. Elles font parties d’elle-même au même titre que ses bras ou ses jambes, et elle c’est habituée à ce signe de captivité qu’elle porte depuis sa résurrection. Fine et svelte, elle ne prend pas soin de son apparence, dont elle se fiche comme de son premier meurtre. Elle s’habille car elle y est obligée, elle se coiffe pour atteindre son but et qu’on lui foute la paix. Cela dit, elle a une nette préférence pour tout ce qui est sombre. Question habits. Les seules touches de couleurs seront certainement les quelques gouttes de sangs qui ont la vilaine tendance à tâcher ses habits. Ou alors, par son étrange mèche blanche qui strie sa superbe chevelure noire ébène, lui tombant dans le milieu du dos et qu’elle n’attache pour ainsi dire jamais. Sa frange lui cache une partie de son front et de ses yeux qui seraient beaux, de la couleur du ciel, s’ils n’étincelaient pas de colère, de méchanceté, ou au mieux de froideur à toute heure. Son visage ne se détendra que lorsqu’elle est seule, et encore, jamais elle ne se laissera aller entièrement. Ces yeux et ce regard glacial pétrifie beaucoup de monde autour d’elle, et quand elle accompagne ses yeux de glace de son sourire vicieux, vous aurez bien de mal à en dormir la nuit. Ces yeux, qui paraissent à la fois totalement inconnu, et en même temps, étrangement familiers…

    Cette fille pourrait bien vite devenir votre pire cauchemar. Sa peau est blanche, non, blafarde, sans une once de couleur, à part l’étrange cicatrice en forme d’éclair de la même couleur que ses yeux, en dessous de son œil droit. Parlons maintenant de ce qu’elle est capable de faire physiquement. Comme la plupart des Zombies, elle arrive à se déboiter complètement. Ainsi, il ne faudra pas s’étonner de voir sa tête pivoter à 180 degrés, ou même tout autre partie de son corps…

    ~Description Mentale:
    Teddy Lys, la fille du Diable. C’est en tout cas ce qu’on pourrait penser. Un premier détail : Ted est maso, et bien maso. Allons droit au but. La principale caractéristique de Ted est certainement sa fascination pour le sang. Depuis toute petite, et sans qu’elle ne puisse réfréner cette envie, ce liquide rouge l’attire irrémédiablement. Quand elle était enfant, c’était plutôt innocent, mais son attirance était croissante dans le temps, jusqu’à ce que cela devienne une véritable obsession. C’est d’ailleurs à cause de cette étrange « activité » qu’elle est ce qu’elle est. Mais même si cette obsession était la même avant que maintenant, les différences entre la Ted d’avant et de celle de maintenant sautent aux yeux. Auparavant, elle était déjà solitaire et n’aimait pas beaucoup parler aux gens, et surtout pas à sa famille. Pourtant, elle n’était pas vraiment méchante, elle voulait simplement plaire, coûte que coûte, à ses parents. Même s’ils ne le remarquaient pas, c’était vrai. Etonnement, ce besoin de plaire n’est pas totalement mort, contrairement à d’autres sentiments. Seulement à présent elle ne veut plus plaire à ses parents, mais à celle qui l’avait ressuscitée. Sans Kuromi, jamais elle n’aurait pu se venger, et elle tient à ce qu’elle le sache malgré tout. Elle sait parfaitement obéir aux ordres que sa Shinigami lui donne, mais c’est bien la seule personne à qui elle accepte d’obéir. Pour sa plus grande joie, elle peut quand même laisser libre cours à ses sentiments. Bien que ces derniers se fassent bien plus rares qu’auparavant. Depuis sa première mort, c’est comme si la Shinigami avait aspiré le peu d’émotions normales qu’elle ressentait. Ou alors, elles sont barricadées derrière une barrière infranchissable. Ted n’est plus un être humain. C’est une Zombie. Un robot. C’est d’ailleurs ce qu’elle est, si on excepte sa froideur. Froideur. Voilà le maître-mot de Ted. C’est l’émotion la meilleure qu’elle puisse retenir envers quelqu’un. La joie, la tristesse, l’amitié, l’amour ou même la bonne humeur ? Elle ne connait plus. Quoi que, elle ressent encore parfois de la bonne humeur, mais c’est plutôt malsain. Pourtant, elle se surprend de temps en temps à espérer ressentir ces émotions normales, et la mélancolie reprend le dessus. Mais elle sait que cette « maladie » est incurable, et qu’il faudrait un miracle pour la dérider. Mais qui sait ? Un miracle est si vite arrivé…

    Malgré tout, c’est plutôt rare que Ted est ce genre de pensées. Non, elle, elle aime beaucoup jouer au grand méchant loup. C’est un masque qu’elle arbore ainsi, mais la malveillance est une chose à laquelle elle s’est abandonnée depuis bien longtemps… Depuis sa mort, c’est comme si elle s’était donnée corps et âme du Diable en personne. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus que de la méchanceté et de la froideur. Jusqu’à ce que sa soif de destruction atteigne des proportions gigantesques. Elle adore faire peur aux humains, mais sans forcément les tuer. Elle se délecte des sensations qu’ils éprouvent, la colère, la peur, la haine, et enfin la terreur… C’est comme si elle se nourrissait des émotions, comme pour les absorber. Mais attention, elle ne fait pas cela à tout le monde : elle ne le fait qu’à ceux qui le méritent, aux personnes comme ses parents, qu’elle n’aime pas à cause de leur tête, de leur comportement, etc. Ceux qui sont méchants avec les plus faibles. Mais je ne crois pas qu’elle serait capable de le faire à plus faible qu’elle, même si du fait de son apparence, beaucoup ont peur d’elle et ne s’approchent pas. Avec eux, elle se contente d’être froide. Tout en regrettant, au plus profond d’elle-même, d’être si solitaire et aussi repoussante… Peu de choses arrivent à lui faire peur ou à l’effrayer, c’est comme si elle ne connaissait que les plus bas instincts : la froideur, l’instinct des animaux de survire, la loi du plus fort, ou encore le bonheur de voir le sang couler, que ce soit celui des autres ou même le sien… Depuis toujours, la violence était en elle. A présent, elle ne fait que l’exprimer librement avec les plus forts sans craindre les représailles…

    ~Histoire:

      Teddy n’a pas de famille. En tout cas, c’est ce qu’elle dit et répète à tous ceux qui lui demandent. Une famille est censée être unie, se protéger les uns les autres, et les parents faire tout pour le bonheur de leurs enfants, non ? Si cette définition du mot « famille » est la bonne, alors effectivement, elle n’en a pas. Mais si c’est simplement le fait d’avoir le même nom, alors elle bien obligée d’avouer que Lys est son vrai nom de famille, et qu’elle a passé son enfance avec Mr et Mme Lys. De même, elle préfère dire qu’elle n’a pas de parents plutôt que de dire que ces deux-là sont sa famille, et encore pire, ses parents. Ce n’est même pas le bon mot pour les désignés. « Bourreau » serait bien plus approprié. La famille Lys ne souhaitait pas d’enfants. Ils étaient snobs et hautains, et pardessus tout, ils avaient en commun leur haine pour les enfants. Ils vivaient dans un pays où tout était permis. Et l’esclavagisme était encore légal et toléré. Alors ils ne se gênèrent pas. Et firent de la vie de Ted un enfer. Rien que par son prénom, on devine qu’ils voulaient la ridiculiser. Ils n’étaient pas tendre avec tout le monde, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne le furent pas non plus avec leur fille.

      ~ ~ ~

      - Ted ! Apporte le café tout de suite.

      Une enfant, qui ne devait pas avoir plus de huit ans trottina, les yeux baissés, avec la cafetière dans ses petites mains, vers le petit salon, où ses parents, un couple ami de la famille et leur fille de onze ans étaient assis tranquillement sur le confortable canapé de cuir. La fille, celle assise sur le canapé auprès de ses parents, avait l’air de trouver cela parfaitement normal de se faire servir ainsi. La famille Lys était riche. L’esclavagisme était toléré. Et du coup, Ted ne pouvait rien faire. Elle était nourrie – au minimum – et logée, mais la maltraitance était émotionnelle et psychologique. Ted n’avait aucune chance. Elle n’allait pas à l’école – le pays était pauvre et tout le monde n’avait pas les moyens d’envoyer les enfants s’instruire dans des établissements toujours payants. Comment pouvait-elle devenir quelqu’un de bien après tout ce qu’elle a dû subir ?

      ~ ~ ~

      - Tu n’es qu’une bonne à rien ! Tu ne mérites même pas d’exister !

      Ted, les yeux baissés en signe de soumission, sentit avec horreur les larmes coulés sur ses joues. Elle tenta de les ravaler, mais rien n’y faisait. Avec impuissance et la sentant venir, elle ne dit rien tandis que sa mère la giflait.

      - Ne pleure pas ! Tu m’entends, ne pleure pas ! Sois au moins fière, et arrête de t’humilier en public !

      Pourtant, rien n’y faisait. Ted ne voulait que plaire à ses parents, mais quoi qu’elle fasse, elle ne recevait que du mépris en échange de ses efforts. Que pouvait-elle faire de plus ?

      ~ ~ ~

      - Ted ! Maintenant ça suffit ! On en a ras-le-bol, de tes conneries ! C’est quoi encore, cette histoire d’aimer le sang ?! Non, mais tu as pensé à notre réputation ?! Déjà, avec ton apparence… bizarre, avec ta peau blanche et tes yeux bleus, qu’on a eu le plus grand mal à faire accepter à tous, et maintenant ton comportement ! C’est inacceptable ! Je me demande vraiment pourquoi on t’a gardé pendant tout ce temps ! Tu n’es rien ! Rien du tout !

      Cette fois, devant cette tirade de sa mère remplie de mépris, Ted soutint le regard de ses parents. Ceux-ci eurent une moue dégoutée.

      - Comment oses-tu nous regarder en face, avec que tu as fait… C’est vraiment inadmissible !

      Ted regarda au-dehors sans faire attention à l’engueulade de sa mère. Il pleuvait à verse, et le tonnerre grondait. Un temps idéal. Elle commençait à se détourner quand sa mère lui prit violemment le bras, et ouvrit la bouche pour sortir ses tirades favorites, quand il se passa une chose inhabituelle. Ted arracha son bras de la poigne de fer de celle qui lui servait de mère, et, remplie de la haine qui couvait en elle depuis des années et des années, projeta son bras sur celle qui la martyrisait depuis toute petite. Celle-ci recula sous la violence du choc, une main sur sa joue, qui commençait à rougir et à enfler sous la trace de doigts. La haine embrasait toute entière la jeune fille, et seule la peur qu’elle lisait dans les yeux de ses parents l’empêchait de leur sauter dessus. Elle tremblait de tout son être, frémissant mais surtout, se délectait de leur frayeur. Tous les trois restèrent là de longues minutes. Pourtant, il fallait bien que quelque chose se passe. N’importe quoi. Finalement, Ted tourna les talons avec difficultés tant sa rage était perceptible. Cette fois, personne ne l’arrêta.

      Elle se précipita dehors. En même pas dix secondes, elle fut trempée jusqu’aux os. Mais rien n’avait d’importance. Plus rien n’en avait désormais. Les larmes qui coulaient sur ces joues se noyaient parmi les gouttes d’eau, et elle se mit à courir, sans savoir où elle allait. Cette sensation était jouissive, et elle lui permit de se calmer un minimum. La ville était grande, elle ne tarda pas à se perdre complètement. Il y avait du monde, sous les parapluies. Beaucoup lui lançaient des regards étonnés, à elle, la frêle jeune fille sans capuche qui courait comme si elle avait le diable à ses trousses. La nuit tomba, mais la pluie ne s’arrêta pas, et Ted non plus. Finalement, elle alla dans une petite ruelle sombre et essaya tant bien que mal de s’abriter de la pluie, et de la température qui chutait. A présent, elle claquait des dents, et les larmes ne s’arrêtaient pas de couler. Des heures passèrent. Elle les passa les yeux grands ouverts, fixés sur une poubelle. Nul ne sait ce dont elle a réfléchi durant tout ce temps. La seule chose qu’on sait, c’est qu’à l’issue de la nuit, au moment où le soleil faisait une timide apparition, Ted ne ressemblait plus à la jeune fille remplie de rage et fragile qu’elle était. A l’issue de cette nuit, l’ancienne Ted était morte. Ce qu’il restait n’était pas le meilleur, loin de là. C’était la dernière fois qu’elle pleurait, et c’était la dernière fois qu’elle se laissait influencer par ses parents.

      Ses parents qui, d’ailleurs, voyaient la fugue de leur fille d’un très mauvais œil. C’était très mal vu que les enfants s’échappent de la maison familiale sans l’accord de personne. Et ils ne voulaient pas que tous leurs amis les montrent du doigt. Ils y réfléchirent longuement – au moins dix minutes – puis engagèrent deux professionnels. Mieux valait être trop prudent que pas assez, même si ce n’était qu’une gamine. Une gamine qui ne signifiaient rien, à leurs yeux.

      Ted était encore dans la petite ruelle sombre quand les deux hommes apparurent. Il faisait nuit noire et on n’y voyait pas à deux pas. Elle réfléchissait au meilleur moyen de s’enfuir sans être vue, car elle était certaine que ses parents avaient rameuté la ville pour la chercher. Elle connaissait les préjugés et la haine de ses parents, alors elle devait s’attendre à tout. Mais elle n’avait certainement pas prévue ces deux tueurs professionnels. Et elle ne s’était jamais douté que ses parents lui avaient implanté dans la cheville un émetteur/récepteur qui leur permettait de la localiser où qu’elle soit, dans une tentative pour parer ce genre d’initiative. Tout ce qu’elle savait, c’est que ces deux-là n’étaient pas là par hasard, que ses parents n’étaient pas inconnus à l’affaire… et qu’elle était dans la merde. La colère envers ses bourreaux refit surface, mais elle s’était jurée ne plus pleurer et de ne plus montrer ses émotions. Ils la trouvèrent rapidement.

      - Elle est là ! Regarde, John. Ça va être un jeu d’enfant. Et après, à nous la fortune…

      Les deux hommes se rapprochèrent et sortirent des matraques, menaçants. Ted sentit son cœur battre à cent à l’heure. Elle savait qu’elle n’avait aucune chance. Même si elle criait, personne ne ferait rien. Elle courut vers le fond de la ruelle, mais elle savait qu’il n’y avait aucune issue. C’était fini. Même si elle suppliait, rien n’y changerait. Ses épaules s’affaissèrent. Ses parents avaient gagnés. Elle allait mourir. Elle se recroquevilla sur le sol, entendant les pas se rapprocher, lentement. Ils savaient qu’ils ne risquaient rien. Et qu’elle ne leur échapperait pas.

      - Ta mère nous a donné un petit supplément si on lui promettait de te battre jusqu’à la mort. Elle voulait que tu souffre le plus possible. Sympa, n’est ce pas ? Surtout, prends pas ça personnellement, petite. On ne fait que notre boulot.

      Et sur ces mots, les coups pleuvèrent sur le petit corps prostré de Ted. Elle avait l’impression qu’ils n’épargnaient aucune partie de son corps. Cela dura d’interminables minutes, durant lesquelles Ted crut mourir cent fois et durant lesquelles elle ne souhaitait que cela. A chaque fois qu’une des matraques s’abattaient sur elle, la haine envers ses parents ne faisaient que croitre. Chaque coup entrainait un hurlement. Un hurlement à vous glacer le sang, tellement il est rempli de souffrance et de colère. Mais ils n’arrêtaient pas. Ils n’avaient pas une hésitation, pas un geste de pitié. Et, comme Ted l’avait deviné, personne ne venait. Quand les coups s’espacèrent, Ted tremblait de tous ses membres, et elle était en sang. Tout son corps n’était plus que souffrance et haine. Ces deux mots semblaient être devenus son monde. Elle avait l’impression que rien n’existait, à part ça. Elle laissa échapper un long gémissement de bête blessée. Elle avait fermé les yeux, comme pour fuir cette réalité. Mais elle était implacable. Les deux hommes discutaient à présent de ce qu’ils allaient faire. La laisser se vider de son sang, ou l’achever ? La mère avait bien dit de la faire souffrir, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Donc… Leur boulot était terminé. La gamine n’avait aucune chance de survivre à de tels coups. Ils haussèrent les épaules, et, sans plus un regard en arrière, laissèrent Ted pour morte dans la petite ruelle sombre.

      Ted entrouvrit les yeux. Tout son corps n’était plus que souffrance. Encore une fois, elle gémit. Mais elle ne pouvait plus bouger. Les tueurs ne lui avaient même pas fait la grâce de la tuer. Ils l’avaient condamnée à souffrir de longues heures. Elle hurla, hurla toute sa colère, toute sa haine, toute sa fureur envers le monde entier. Sa souffrance était telle qu’elle voulait que le monde entier sache ce qu’il lui avait fait. Tout son être réclamait vengeance. Elle criait et pleurait en même temps. Le sang continuait de s’échapper par tous les orifices. Même ses larmes avaient le gout de ce qui l’avait toujours fasciné. Elle gardait les yeux ouverts, et était allongée sur le sol boueux, les bras en croix. La pluie avait cessé.Une étoile, une seule, brillait dans le ciel. Puis sa vue recommença à se brouiller.

      « Cette fois, c’est la fin. Je vais mourir, haïe de tous. »

      Puis ses yeux se fermèrent et elle accueillit l’obscurité avec joie, comme une vieille amie. Sa vie ne défilait pas devant ses yeux, ce dont elle en était soulagée. Sa vie n’avait été qu’un massacre. La mort valait certainement mieux que tout ce qu’elle avait connu jusqu’à présent. Mais… même la mort était douloureuse. Elle sentait toujours ses innombrables blessures, et la souffrance ne diminuait pas. « Si c’est ça la mort, j’en veux pas… »

      Et puis, plus rien. Comme si elle… flottait. « Comme c’est étrange… » remarqua la jeune fille, surprise. Tout était blanc autour d’elle, à présent, et son corps avait tout simplement disparu. Au moins, la souffrance était partie en même temps que lui. Au moment où elle se demandait ce qui allait se passer à présent, elle sentit quelque chose… comme si on lui posait quelque chose sur la poitrine. Aussitôt, tout bascula à nouveau. Son corps revint, la noirceur envahit son champ de voisin, et tout ses sens l’envahirent en même temps. Elle cligna des yeux, hébétée. Mais ? Elle commençait à reconnaitre l’étoile qui avait été ce qu’elle avait vue en dernier, le sol poisseux de sang autour d’elle. Son sang ? Oui… Mais elle était censée être morte. « C’est quoi, ce bordel ? » Elle distingua ensuite la personne, une fille, qui devait avoir environ le même âge qu’elle. Ted cligna des yeux plusieurs fois. La douleur, étonnement, semblait avoir disparu. L’autre fille était accroupie à ses côtés et la regardait.

      - Pourquoi suis-je encore en vie ?

      - Tu es en vie parce que j’en ai décidé ainsi.

      A ces mots, Ted sourit, d’un de ses tout premiers sourires inhumains. Elle sentait qu’elle allait devoir obéir à cette fille. Cela ne la dérangeait pas, elle avait été traitée en esclave toute sa vie, ce n’était pas sa qui allait changer. Mais grâce à cette fille, grâce à cette Kuromi, elle allait pouvoir accomplir sa vengeance. Même si c’était dans un autre monde, un jour, elle reviendrait vers ses parents et elle les tuerait comme ils l’avaient tué.



~Derrière l'écran

    ~C'est quoi ton nom ? Peach •
    ~Quand es-tu né ? Le 6 Juin •
    ~Ca fait beaucoup de temps que tu rp ? Quelques temps •
    ~Peux-tu passer beaucoup de temps ici ? Le plus possible, oui •
    ~C'est quoi le code ? code validé par Akira


Dernière édition par Teddy Lys le Ven 5 Oct - 15:33, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kuromi S. Nayako
Fondatrice ~ "Je suis complètement tarée !"
Fondatrice ~
Kuromi S. Nayako

Messages : 83
Points : 12
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 22

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: Crimson

Teddy R. Lys •  Empty
MessageSujet: Re: Teddy R. Lys •    Teddy R. Lys •  EmptyMar 26 Juin - 13:10

Tout a l'air bon
Tu es validée ^^
Revenir en haut Aller en bas
https://shinomoon.forum-canada.net
 
Teddy R. Lys •
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le commencement de tout :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: