Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -49%
SanDisk Extreme 64 Go Carte microSDXC + adaptateur SD
Voir le deal
12.27 €

 

 « Oooh ! Une luciole ! »

Aller en bas 
AuteurMessage
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyDim 2 Sep - 21:03




« Oooh ! Une luciole ! »


Pv; Akira & Aelys
Les rayons du Soleil entraient dans la chambre et l’éclairait d’une douce lumière dorée. Les rideaux de différentes teintes blanches attisaient cet éclairage de Midi, renvoyant l’ombre des objets posés sur le bureau de couleur toute aussi blanche que les rideaux. Les yeux à demi-clos, je regardais ma lampe de la belle couleur rouge. Couchée sur le ventre, tête plongée dans mon oreiller noir, je bougeais ma main en râlant contre le Soleil et ses rayons. J’étais crevée de la nuit passée. Je n’avais pas fait grand-chose, hein. J’avais juste exploré ce nouveau monde dans lequel j’étais apparue des jours au par avant. Je m’étais tout juste remis de mon hospitalisation et j’étais quand même partie explorer. Il ne me restait plus que Death City à regarder. A chaque fois que j’étais entrée dans un lieu peuplé, des personnes parlaient de cet endroit. S’ils n’aimaient pas plus que ca la ville, ils appréciaient néanmoins la « Luminescent Forest » .Bel endroit, la nuit. Que la nuit. Du coup, j’avais pensé que j’irais la visité un soir. Juste comme ca. Pour me faire plaisir et pour perdre les kilos que j’avais pris en bouffant toute la journée pour oublier ce qui m’était arrivé. Enfin, j’en pesais pas beaucoup quand même et ca ne se voyait même pas. Soudainement une musique s’éleva de mon portable. C’était la chanson « Burn it Down » de Linkin Park. J’appréciais beaucoup cette chanson où les différents styles de musiques des membres du groupe se mélangeaient. Je me levais et m’étirais. Quelques mèches de cheveux roses passèrent devant mon visage. Qu’est ce qu’ils étaient indisciplinés… Suite à mes étirements intensifs pour me réveiller, je me dirigeais vers ma salle de bains. J’attrapais ma brosse et essayai de coiffer ma chevelure. Je perdis une fois ma brosse à cause d’un assez gros nœud. Je soupirais, c’était tout le temps la même chose avec eux. Je soupirais avant de la reposer et de les attacher en couette haute. Malgré le fait qu’il soit attaché, il m’arrivait au niveau du bassin. Je les attrapai et regardais leurs ondulations. Ils étaient quand même jolis. Ouais j’allais dire ca. Mon portable retentit à nouveau. Je courais dans ma chambre et l’attrapai, j’avais oublié d’éteindre mon réveil. Il était deux heures de l’après-midi. J’allais devoir commencer mon travail de petite Shinigami illusionniste. Super, génial, youpi. Je m’habillais d’une chemise à manche courte couleur rose pâle et d’une petite robe volante rouge. Des chaussures à talons compensés pour accompagner ma tenue et j’étais prête. Non je n’aurais pas froid bien que l’été se finissait. En plus le Soleil brillait hautement dans le ciel donc il devait faire assez chaud, quand même. Sous ma jupe, il y avait des éspéces de rubans rouges qui retenaient mes deux pistolets. Un noir et un blanc. Ils étaient bien caché, là-dessous. Finalement, j’attrapais mon sac à main, tout aussi rouge que ma jupe, y glissait mon portable et mon portefeuille. Mon IPod, quand à lui, était positionné dans mon soutif. Etrange, hein ? Mais bon, j’avais pas de poche et j’allais pas le mettre dans mon sac à main. Bref, une fois les écouteurs mis en place, je sortis par la porte d’entrée. Depuis que mon portable avait sonné, il s’était passé une heure.

J’avais eu raison de me mettre en jupe. Il faisait chaud. Même très chaud. J’en étais presque heureuse. Presque. Il n’y avait pas vraiment de vent, juste de petites bourrasques de temps à autres, et il allait falloir que je cours. Je fermais les yeux et soufflai par le nez. J’entendais la voix d’une âme en peine. Cette journée allait être longue. Je me mis à marcher, les yeux toujours fermés. La voix de l’âme était proche, de plus en plus proche. Soudainement j’ouvris mes yeux et regardait une femme d’une vingtaine d’années se lamenté près d’une poubelle dans une ruelle sombre. Elle était affalée par terre et bien qu’elle soit un peu transparente, je pouvais distinguer des couleurs. Par exemple, ses cheveux étaient roux. Même si sa chevelure était ternie, je peux vous dire qu’elle devait être rousse flamboyante à la base. Ses yeux avaient été émeraudes autrefois. Quand elle me vit, elle se leva et courut vers moi. Malheureusement pour elle, ce n’était pas moi. Juste une illusion. J’avais sentie comme une aura meurtrière émanant d’elle et je m’étais directement placé dans l’ombre du mur, créant mon illusion. J’avais bien fait. Elle avait essayé de passé ses mains autour de mon cou. J’esquissai un sourire quand elle se tourna vers moi. Je fus surprise par l’éclat de haine dans ses yeux mais je ne laissais rien paraitre. Je sortis mon arme noir et la pointait sur elle. Une seule balle dans l’épaule pour connaitre son passé et une balle dans la tête pour « la tuer ». Ce que je vis de son passé me fit un peu peur. Cette femme n’était absolument pas commode. Elle avait tué beaucoup d’innocent, notamment des enfants. C’en fut assez pour décider de son sort. J’allais la tuer petit à petit. La faire hurler jusqu’à qu’elle n’ait plus de voix. Je n’aimais pas qu’on s’en prenne aux enfants, peut être à cause de mon passé, qui sait ? Je tirais une nouvelle balle dans son bras ainsi qu’une dans ses mains pour ne pas qu’elle fasse quelque chose qu’elle pourrait regretter. J’allais continuer avec ses jambes quand une chose me sauta dessus. Le ronronnement familier de mon tigre miniature ma fit du bien. Cette nuit, elle s’était barrée je ne sais où, sans prévenir. J’étais contente qu’elle aille bien. J’attrapai ma boule de poil et la câlina. Sera était tellement mignonne. Je la posais à terre tandis qu’elle redevenait une grande et majestueuse tigresse. Je sus qu’elle allait m’aider. Une demi-heure plus tard, le fantôme de la tueuse s’éleva de son corps déchiqueté. Seule sa tête était en bonne état. Sans dire un mot, elle partit. Même pas un regard. Juste de quoi m’énerver. Je serrais les poings. Sera redevint le petit tigre et vint se frotter contre mes jambes. Ainsi elle me disait de me calmer. Je soupirais et la caressais. Son poil était tellement doux que ca me détendait. Je regardais l’heure. Il me restait tellement de temps avant la nuit. Mais le temps d’aller vers Death city serait long et puis, je marcherais lentement. Ouais, j’allais faire ca. Essuyant mes mais avec un mouchoir, je me dirigeais vers la petite ville à visiter.

Le chemin fut plus rapide que je ne l’avais espérer. Même si j’étais arrivée vers vingt-et-une heure près de la forêt. C’est que ma petite tigresse avait fait la folle pendant tout le trajet. Elle s’était paumée à plusieurs endroits et j’avais du la chercher. Ensuite, elle s’était bloquée dans les arbres. J’ai du monter en compensés pour l’attraper. Suite à ca, je l’avais engueulé mais elle avait recommencé. Sera était vraiment capricieuse et elle ne m’écoutait absolument pas. Enfin. J’étais arrivée dans la Luminescent Forest quand le Soleil laissait sa place à la Lune. Le ciel s’était dangereusement assombrit et les rayons de la Lune, par défaut de ceux du Soleil, m’enveloppait d’une douce lumière argentée. J’aimais beaucoup la Nuit. Peut être parce que je me considérais moi-même comme un monstre de la Nuit. Qui sait ? Les racines commencèrent à s’illuminer. C’était juste magnifique. J’écarquillai mes yeux vairons, émerveillée. Soudainement Sera se mit à cracher, tournée vers les buissons. Son échine s’était hérissée. Sans que j’aie eu le temps de comprendre quelque chose, elle s’élança dans les fourrés. Je fermais les yeux et essayai de me concentrer sur la voix de l’âme de mon animal. Rien. Rien du tout. Prise de panique, je me mis à hurler son nom et à la chercher. Fallait vraiment que je dise que j’étais en train de flipper ? Après tout, ces bois sont connus parce qu’ils sont sombres. Enfin. Je m’arrêtais pour reprendre mon souffle quand j’entendis son ronronnement. Ce son que j’aimais tellement. Je fermais les yeux et me concentrais. Je suivis le son et m’arrêtai je ne sais où. J’ouvris les yeux et vit mon compagnon d’âme couché sur un jeune homme tout en ronronnant.

[Hors-Rp; C'tout pourri D8 Enfin, voilà l'habit que porte Ae' (www.)]


© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyLun 3 Sep - 8:58

.
C'est poilu et ça ronronne...
AELYS versus AKIRA
La troisième guerre mondiale terrienne pouvait commencer, je ne bougerais pour rien au monde. J'avais... déconné. Comme chaque fois que je me retrouvais seul dans sa bar en compagnie d'une cohorte de demoiselles toutes plus allumeuses les unes que les autres. C'est pas que j'aime pas être entouré de filles mais quand ça se met à piailler en poussant des "Kyaaaah ! Akiraaaaa !", j'ai qu'une envie : m'enfuir. Les filles entreprenantes, c'est pas mon truc. J'aime pas sentir le regard insistant d'une demoiselle sur ma chemise ou sentit son souffle près de mon oreille. Mais ce que je supporte encore moins, ce sont leurs murmures hypocrites. Rien qu'y penser me donne envie de vomir. Et évidemment, quand elles me bloquent toutes les issues possibles, j'ai plus trop le choix des moyens. Soit je fais cramer l'établissement, ce qui est déconseillé. Soit je leur dit leurs quatre vérités télépathiquement, mais une fois sur deux je me ramasse des claques magistrales. Soit j'utilise mes dons d'hypnose, ce qui est encore le plus pratique. Mais, grâce à mon paternel chéri que j'adore, la malédiction s'enclenche et je me retrouve malade comme un chien, presque obligé de ramper pour rentrer chez moi. Enfin bref. Hier, j'étais donc dans un petit bar mal famé, occupé à siroter un whisky-coke quand deux filles me sont tombées dessus. Enfin, quand deux filles envoyées par mon père me tombèrent dessus. Le scélérat sait parfaitement que je ne supporte pas la compagnie de la plupart des filles et il en profite pour m'obliger à user de mes pouvoirs. C'est super la vie, quand votre propre père a des envies de meurtre à votre encontre. J'avais fuit cette désastreuse soirée en me tenant au mur. Moi qui était généralement pâle, j'avais viré au vert pomme. Très intéressant comme couleur de peau mais je vous assure qu'une fois que vous avez pris cette couleur, vous le regrettez amèrement. Parce que vous découvrez alors que la planète... elle touuuuurne. Et très fort.

Maintenant, j'étais allongé en travers de mon lit, une serviette-éponge humide plaquée sur le visage, la main plongée dans un seau d'eau glacée pleine de glaçons. Mon sceau brillait d'une lueur rouge, signe que la malédiction était active. Ça brûlait, raison pour laquelle je me gelais à moitié la papatte. Sword s'était lovée sous le lit. Elle détestait l'eau et le froid. Tout ce que j'adorais en ce moment. La douleur de ma main s'atténua suffisamment pour être considérée comme supportable et je me redressais, nauséeux. La terre tournait toujours mais moins vite. C'était déjà ça. Sword se glissa silencieusement sur le sol et s'enroula autour de ma jambe. Elle me communiqua son envie de sortir et je soupirais. Il devait être près de dix-huit heures. Mon python me conseilla de manger un bout mais rien que regarder mon frigo me redonnait envie de vomir. Je remit mes gants et pris ma veste. Afin de rapidement repasser par ma penderie, histoire de me remettre une chemise sur le dos. J'aime mon corps mais je ne suis pas encore exhibitionniste. Fourrant mes clefs au fond de ma poche, je quittais le taudis qui me servait d'appartement... ce n'était pas avec ce que mon boss banni me payait que je pouvais me payer un loft digne de ce nom. Je déambulait dans les rues, Sword posée sur mes épaules.
    Kira, on peut aller dans la forêt, celle où il y a les lumières ?
Je ne pu m'empêcher de sourire face au vocabulaire enfantin qu'utilisais parfois ma compagne d'âme. Toutefois, je changeais de cap et me dirigeais vers la Luminescent Forest. Nous adorions cet endroit, autant le jour que la nuit. Surtout la nuit. Je me souviendrais toujours de la première fois que j'y suis allé. C'est d'ailleurs à cet endroit que j'ai rencontré Sword. Elle tentait d'attraper les boules lumineuses et s'était retrouvée coincée dans les racines. Je l'avais secourue et nous nous étions liés sans nous en rendre compte. Mes pas nous menèrent à l'endroit exact où je l'avais sauvée et je m'assis, le dos appuyé contre un tronc. Sans m'en rendre compte, je m'assoupis. Et me réveillais lorsqu'un truc me tomba sur l'estomac. J'ouvris un oeil et me retrouvais nez-à-nez avec une espèce de boule de poils ronronnant. Je ne voyais plus ma compagne et cela m'inquiéta. Le chat ne l'avais pas boulotée, tout de même ?! La bestiole s'allongea sur mon torse, et je soupirais. C'était lourd, chaud et très inconfortable. Mais son poids m'empêchait de bouger. Une fille déboula, visiblement paniquée. Elle se calma quand elle vit le gros minou. Je l'apostrophait sèchement.
    Hey miss Barbe à papa, viens récupérer ton truc. C'est pas que ça me dérange de me faire écraser mais je préfèrerais toutefois rester intact. Enfin... plus intact que mainetant.
Je balayais les environs à la recherche de Sword mais je le la voyais nulle part. Je la sentais dans mon esprit mais sa trace était lointaine et cela m'inquiéta.
    Et toi le minou, si t'a bouffé ma compagne, je me fais une descente de lit avec ta fourrure.


© Akira
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyLun 3 Sep - 16:54




«Un petit vent chaud ... »


Pv; Akira & Aelys
Sera était allongée, comme la plupart des félins. Et son nouveau tapis était un garçon, juste de quoi me faire rire. D’ailleurs, je ne m’en privais pas. Un rire soulagé, limite hystérique, sortit de ma gorge. Elle était partie juste pour ca, juste parce qu’elle s’était trouvée un nouveau lit. Il devait dégager beaucoup de chaleur pour qu’elle puisse s’enfuir ainsi sans me prévenir. Je soupirais, mon cœur retrouvant un rythme plus … normal. Je dévisageai le garçon. Il était pâle, à moins que ce soit les lumières des racines d’arbres, et avait des cheveux bruns. Je m’arrêtais un instant sur ses yeux. Ils étaient tout aussi bizarres que les miens. Ils étaient rouges comme le sang. Et moi, ils étaient vairons bleus. Ouais, on en avait rien à foutre mais bon. Il était charmant mais son caractère n’était pas de même. Légèrement en colère, il m’apostropha en m’appelant « Miss Barbe à Papa ». Je serrais lentement les poings. La seule chose qui m’énervait plus qu’une remarque sur mes yeux était bien les remarques sur mes cheveux. Puis, il appela ma compagne d’âme « Truc ». Sera est tout sauf un « truc ». C’est une feignasse, une folle, une charchuteuse, un tigre mais c’était pas un truc. Je laissais ma Sera s’installer tranquillement sur le garçon, sans dire un mot, sans bouger. Juste mes yeux qui scrutaient l’ombre. Je sentais une présence animale, bien plus petite que celle de mon tigre. Je me focalisais dessus. Je fermais les yeux, inspirant et expirant. Je la sentais ramper vers moi. Ses attentions étaient protectrices envers une personne. J’entendis une voix masculine réprimander ma compagne. Il avait peur, comme j’avais eu peur pour Sera. Je relevais la tête et me mis à rire. Un petit sifflement me fit ouvrir les yeux et je me baissais de suite. J’ordonnais mentalement à ma tigresse de le laisser et laissait un serpent s’enrouler autour de mon bras. J’avais toujours aimé les animaux –sauf les licornes- et je les aimerais toujours quel qu’ils soient. Je caressais la peau écaillée du petit animal rampant. J’aimais faire courir mes doigts sur cette peau. Dire qu’après, il allait muer et avoir une nouvelle peau. Tendant mon bras vers l’inconnu, je lui dis.

Ce ne serait pas elle que tu cherches ? Elle est vraiment jolie …

Un petit grognement me fit tourner la tête sur le côté. Sera s’était allongé sur son flanc droit et me regardait. Elle était restée « grande » et elle me regardait étrangement. Une jalouse ? Mon petit tigre était jaloux d’un petit serpent ? Je souriais. C’était touchant. Je regardais le doux pelage rayé de mon compagnon. Depuis mon arrivée, j’avais aimé poser ma tête contre et m’endormir. En plus, ca tenait chaud. Ca sentait bon, même. Ouais, je sentais la fourrure de mon gros chat. Tout ca était assez réconfortant. Je fermais les yeux et penchais la tête sur le côté droit. Juste parce que j’étais dotée d’une grande intuition, je comprenais beaucoup de chose. Je penchais la tête sur l’autre côté, cherchant une menace éventuel venant de l’inconnu mais pour l’instant tout avait l’air d’aller. J’ouvris mes yeux et le regardais. Il était plus grand debout. Bien plus grand que moi. Je fis un pas en avant pour aller lui rendre son serpent quand Sera se leva. Elle se plaça à mon côté. Je sentis une espèce de peur. Je m’arrêtais, plus je me rapprochai, plus je sentais une petite menace. Comme un petit vent chaud qui faisait voleter des mèches de mes cheveux. Je comprenais pourquoi était partie pour se coller contre lui. Doucement, je me baissais à la hauteur de mon tigre et la regardait. Je passais ma main valide dans sa fourrure comme pour la calmer soudainement le serpent se défit de mon bras et s’en alla vers son propriétaire. Je passais ma paume entre les deux oreilles de Sera, m’en servant comme d’un support pour ne pas tomber. Elle montrait les crocs. Je ne l’avais jamais vu ainsi. Je devenais plus suspicieuse envers le garçon. Juste pour savoir ce qu’il allait faire ensuite, j’activais mon pouvoir. Je reculais de quelques pas pour me fondre dans mon environnement, laissant la place à une fausse moi. Pareil de mon tigre qui redevint un chat. Nous nous installions contre un arbre, l’animal posé sur l’une de mes épaules et dormant. Mes illusions étaient bien puissantes mais elle ne pouvait pas parler. Si je voulais engager la conversation, il fallait que ce soit moi qui parle. Mon faux moi s’avança à un mètre du garçon, un sourire angélique sur les lèvres, mais ne tendit pas la main. Je me mis à parler, ayant tendance à confondre la nature homme/femme, nous croyant toujours plus forte qu’eux.

Veuillez m'excuser. Que faites vous ici? Vous savez ce n’est pas une heure pour trainer dehors. Il pourrait y avoir des gens peu recommandable trainant ici … un petit sourire pour reprendre, et quelques prédateurs. Je m’appelle Aelys et voici Sera, et quel est votre nom?

Ok. J’étais très courtoise mais bon, j’avais été élevé dans une bonne famille riche. Me fondant dans les ombres, je me plaçais sur le côté droit du jeune homme. Sans qu’il m’aperçoive, bien évidemment. Toujours sans faire de bruit, je sortais mes pistolets et les braquais sur lui. Un seul mauvais mouvement et je le descendais. Puis si ca ratait, je pourrais toujours utiliser un couteau et le planter. C’est toujours marrant de planter les gens. Je regardais de l’autre côté du bonhomme. Sera s’y tenant. Elle avait de nouveau grandi et regardait le garçon. Nan, le pauvre. Au moindre mauvais mouvement, il se ferait violemment tuer. J’émis un rire étouffé et attendait la suite. Juste pour voir.

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyLun 3 Sep - 19:00

.
Mademoiselle ...
AELYS versus AKIRA
Cette fille devait avoir un grain. Ou alors elle n'avait jamais vu plus bel éphèbe que moi. Je ne suis pas narcissique mais un peu quand même. La façon dont elle me dévisageait me fit soupirer. Avec le bol que je me payais ces temps-ci, il y avait des risques pour qu'elle soit une greluche envoyée par mon paternel. Quoiqu'elle n'avait pas vraiment une tête d'allumeuse. Elle ne fit aucune geste envers son machin poilu, qui se vautra un peu plus confortablement sur mon torse. Je crevais de chaud. Le comble pour un pyrokinésiste. La demoiselle aux cheveux roses se figea et scruta l'obscurité. La tigresse quitta mon torse tandis que sa maîtrsse se penchait. Se relevant, elle me montra le python noir enroulé autour de son bras. Je frissonnais car ce que Sword ressentais, je le ressentais également.
    Ce ne serait pas elle que tu cherches ? Elle est vraiment jolie …
    Ouais, c'est bien elle, grognais-je en me relevant.
Je m'époussetais et plongeais les mains dans mes poches. Je ne voulais pas paraître inoffensif mais je ne voulais certainement pas me montrer menaçant. Sword se laissa glisser sur le sol et rampa vers moi, avant de s'enrouler autour de ma jambe droite et de mon torse, sa tête à hauteur de mon cœur. Elle siffla et dodelina de la tête tandis que l'inconnue caressais sa bestiole poilue. Elle fit un pas vers moi et je vis une émotion passer dans ses yeux vairons. Émotions que je n'identifiais malheureusement pas. D'ailleurs, le minou montra les crocs. Cela m'intrigua. Ne m'avait-elle pas sauté dessus et ronronné, il y a moins de quelques minutes ? Je savais bien que ma nature de démon effrayait certains mais tout de même... Elle s'immobilisa à nouveau. Elle avait... changé. Je ne pouvais l'expliquer mais quelque chose avait changé, bien qu'elle n'ait esquissé aucun mouvement. Fronçant les sourcils, j'obligeais mon corps à se détendre. Je savais, par expérience, que rester raide amenait à se méfier. Finalement, la demoiselle s'approcha, tout en restant à un bon mètre de moi.
    Veuillez m'excuser. Que faites vous ici? Vous savez ce n’est pas une heure pour trainer dehors. Il pourrait y avoir des gens peu recommandable trainant ici … et quelques prédateurs. Je m’appelle Aelys et voici Sera, et quel est votre nom?
Oh mon dieu. Elle parlait comme une aristocratique coincée. Cela m'arracha un sourire.
    Pour tout dire, je dormais. Du moins, jusqu'à ce que votre bestiole me saute dessus. Quant aux personnes peu recommandables et aux prédateurs, je dirais que ce sont plutôt eux qui devraient m'éviter. Je ne suis pas d'humeur à jouer.
J'omis de répondre à sa question sur mon identité. Je détestais révéler mon nom au premier venu.Je m'approchais d'elle, plongeant mes prunelles écarlates dans les yeux bleus de Aelys, activant mon pouvoir hypnotique. Qui ne fonctionna pas du tout et me donna la nausée. Je grognais. Ou elle était immunisée. Ou elle était... autre chose. Mon sourire se fit légèrement menaçant et je caressais sa joue du bout des doigts. Je ne rencontrais que de l'air et mes doigts passèrent au travers de sa joue. Une illusion. Furieux de m'être fait berné, je fis volte-face et vis la demoiselle nonchalamment appuyée contre un arbre. Elle pointait deux pistolets sur moi et cela me fit me raidir.
    Je vois qu'il est passé au niveau supérieur. Me faire assassiner à coup de balles...
Je plantais rageusement mon regard dans le sien, faisant agir mon don hypnotique.
    Lâche ça, fis-je en faisant jouer mon pouvoir d'hypnose.
Je savais qu'une fois débarassée d'elle, j'allais m'écrouler. Fichue malédiction. Comme si ça ne suffisait pas, voilà que papa m'envoyait une tueuse. Je ne doutais pas. A part une personne envoyée pour me tuer, qui braquerait deux armes sur moi ? Je craignais d'avoir échoué car elle ne bougea pas, ne répondit pas à mon ordre.

© Akira
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyMar 4 Sep - 17:03




« Espèce de ... pervers! »


Pv; Akira & Aelys
Très bien. Il me vouvoyait, ou du moins vouvoyait mon faux-moi. Il croyait que c’était moi, enfin pas mon faux-moi. Le vrai moi quoi. Enfin … Tant qu’il ne toucherait pas mon illusion, il ne devrait même pas comprendre qu’il se fait berner. Je souris, appuyer contre l’arbre. Je regardais ma jolie tigresse, de l’autre côté du garçon. Elle s’était mise en position d’attaque, prête à sauter au moindre mauvais mouvement. Je continuai de sourire. Doigts sur la détente, prête à tirer. Il expliquait qu’il était venu dormir là, drôle d’idée n’est-ce pas ? Franchement, ce ne serait pas mon dada de venir ici pour … dormir. Surtout avec un serpent comme protection. Ouais, c’pas si dangereux que ca … Enfin, j’avais un tigre donc je pouvais pas me trouver un excuse. Mon sourire continua de s’élargir. J’humectai mes lèvres puis je me raidis. Soudainement, comme ca. Quelque chose faisait pression sur mon illusion. Je le ressentais dans tout mon être. Et oui, j’avais un lien très fort avec ce que je créais. Mais bon, le plus souvent je tuais avant qu’on s’en prenne à eux. Je me mis à frissonner et continuai d’observer. Lui aussi, semblait avoir remarqué quelque chose. J’étais démasquée … Prudente, je recréais une nouvelle moi tandis qu’il touchait la joue de ma première fois. Un nouveau frisson me parcourut. J’avais vraiment l’impression que ses doigts étaient sur ma joue et qu’ils me passaient en travers. Ca me donnait la nausée. Doucement, je me plaçais près d’un autre arbre, la tête me tournant. Il se tourna vers F.M n°2, il avait l’air furieux. Il dit une phrase totalement compréhensible pour mon pauvre cerveau de Shinigami avant de replanté son regard dans mon faux mien. Un nouveau frisson et un ordre. Je serrais les poings. Je n’aimais pas qu’on me donne des ordres. C’est vrai que j’avais plus eu l’habitude de me servir et d’ordonner. Quel horreur … J’allais répliquer quand je vis une araignée près de moi. Je ne pu m’empêcher d’hurler. Sera se mit en position défense et moi, bah moi, j’essayai d’écraser l’araignée. Elle était énorme et toute noire. Avec de grosses pattes toutes poilues. J’avais envie de vomir. La pauvre, comment se trouvait elle quelqu’un en étant si laide ? Avec mon talon, je l’écrasais un bon coup. Ma compagne d’âme s’approcha, hésitante. Nous regardions toutes les deux le cadavre de la bestiole. Me rappelant que j’étais en compagnie de quelqu’un, je relevais la tête et répondis au garçon d’un ton sec.

Je ne reçois d’ordre de personne et encore moins de vous, espèce de … pervers ! Ca vous arrive beaucoup de caresser les joues de femmes que vous connaissez pas !

Je croisais les bras sur ma poitrine et tournai la tête furieuse. Un petit coup de rouge aux joues et je pinçais un peu les lèvres. Quand j’y réfléchissais, c’est vrai qu’il était pervers. Et vu la taille qu’il avait, il devait être bien plus âgée que moi. Vu ce qu’il m’avait dit tout à l’heure, je pouvais penser qu’il était très fort. Le fait qu’il me regarde dans les yeux provoquait quelque chose que je ne pouvais décrire. Après tout ce n’était pas moi qui étais en face de lui à ce moment là. Il fallait que je lui pose la question. Et puis il y avait, aussi, le fait qu’il ne m’ait révélé son identité. Je n’avais pas de nom à poser sur son visage. Lentement je décroisais mes bras, les laissant tomber le long de mon corps. Je fermais les yeux, inspirais, expirais, et penchai la tête sur le côté. Je sentis sa colère. Elle me fit frémir mais je n’en laissai rien paraitre. Lentement je fis sortir mon couteau caché dans mon sac et le cachait du mieux que je pouvais. A n’importe quel mouvement, je comptais le faire souffrir. Mes yeux vairons scrutèrent de nouveau l’obscurité. Je sentais une mauvaise présence derrière lui. Sera vint se poster derrière moi. Quand elle prenait sa taille normale, elle était très grande. Elle était haute sur patte. Sa faon de poster derrière moi, me fit comprendre que je pouvais m’installer sur son dos sans trop m’appuyer. Jambes passés toutes deux sur le côté, pieds touchant le sol, main posée sur le dos de mon chat pour me maintenir en position, je fis resplendir le poignard jusque là resté dans l’ombre. Sa lame brilla comme un diamant aux contacts des rayons de la Lune. C’en était presque trop beau. Je le fis tourner de facon à continuer de voir des éclats. Je me mordis la joue. Je savais que je pouvais passer par plusieurs facettes de ma personnalité en quelques fractions de secondes. Par exemple là je venais de passer de la timidité à la colère pour redevenir « normal » ou sadique. J’y pouvais pas grand-chose. J’étais bizarre ? Nan, je ne pense pas. Je posais la lame sur mes genoux et commençait l’interrogatoire, une moue boudeuse sur les lèvres. Qui me rendait tout à fait mignonne.

Je pourrais savoir pourquoi vous ne me dites pas votre nom ? Puisque c’est ainsi, je vous appellerais Mr.LePervers. Et puis, pourquoi quand est ce que vous avez regardé mes illusions droit dans les yeux, j’ai ressentis un certain malaise. C’est pas une chose normale, enfin ici surement mais pas avec moi. Ne niez pas, je le sais. Je l’ai sentis Mr.LePervers. Et, qui est ce « il » dont vous parliez ?

C’est vrai que quand il s’était rendu compte de mon illusion la première fois, il avait baragouiné un truc sur une certaine personne qui était passé à un niveau supérieur. Enfin, c’était très intriguant tout ca. Je ne pus m’empêcher de sourire et de fermer les yeux tout en penchant la tête. Une petite mimique que j’avais l’habitude de faire quand j’étais contente de ce que j’avais fait ou bien pour dire que si on me répondait pas de suite, ca risquait de mal se finir. Après tout, j’avais un superbe poignard posé sur mes cuisses et j’avais de bons réflexes ainsi que deux paires d’yeux et une bonne intuition. Mon sourire s’accentua encore plus alors que je pensais que j’étais faite pour réussir ma vie.

[Hors-Rp; La petite mimique de Ae' 8D (www.)]

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyMar 4 Sep - 18:48

.
Mademoiselle ...
AELYS versus AKIRA
Visiblement, mes pouvoirs se trouvaient au plus bas vu que miss Aelys n'obéit pas à l'injonction hypnotique que j'avais lancée. Un hurlement survint. Il n'émanait pas de la demoiselle au revolver mais d'un endroit obscur situé sur le côté. Je pivotais et vit alors une deuxième Barbe à papa qui tentait d'écraser ce que je devinais être une grosse araignée. Je croisais les bras, railleur.
    Je ne reçois d’ordre de personne et encore moins de vous, espèce de … pervers ! Ça vous arrive beaucoup de caresser les joues de femmes que vous connaissez pas !
    Généralement, j'évite de toucher les femmes.
Sword ricana mentalement. Elle avait bien comprit le sous-entendu qui disait approximativement "Ah ? Vous êtes une femme ?". Toutefois, je la lorgnais de la tête aux pieds. Elle était jolie, assurément. Sa couleur de cheveux était intéressante et ses yeux... étranges. Deux nuances de bleu qui donnaient un curieux sentiment d'instabilité quand on les regardait. Sword siffla, me ramenant à la réalité. Bon, il fallait que je me calme sinon j'allais tout faire cramer et je ne tenais pas à me mettre encore plus de gens à dos. Un père psychopathe, c'était déjà bien assez. le temps que j'émerge de mes pensées sanglantes, la demoiselle s'était perchée sur son gros minou et faisait scintiller une lame dans le clair de lune. J'haussais un sourcil inquisiteur. Elle comptait faire quoi avec sa lime à ongles ? Elle fit une moue qui aurait fait fondre n'importe quel mâle. Mais pas moi. J'étais trop énervé, en ce moment.
    Je pourrais savoir pourquoi vous ne me dites pas votre nom ? Puisque c’est ainsi, je vous appellerais Mr.LePervers. Et puis, pourquoi quand est ce que vous avez regardé mes illusions droit dans les yeux, j’ai ressentis un certain malaise. C’est pas une chose normale, enfin ici surement mais pas avec moi. Ne niez pas, je le sais. Je l’ai sentis Mr.LePervers. Et, qui est ce « il » dont vous parliez ?
Je fermais brièvement les yeux et inspirais profondément, ne prenant même pas la peine de protester contre le surnom ridicule dont elle m'avait affublé. Je me sentais vraiment trop mal. Je repensais à ses paroles et deux options me vinrent en tête. Soit elle me prenait pour une tarte et jouait son jeu à la perfection en attendant de trouver le moment adéquat pour me descendre, soit elle n'avait effectivement rien à voir avec mon père. Ce dont je doutais sérieusement. Parce que si c'était le cas, expliquez-moi pourquoi je m'étais retrouvé nez-à-nez avec un flingue ? Je passais ma main sur le corps écailleux de ma compagne, essayant de me calmer. Je n'étais pas colérique de nature mais après la nuit dernière, j'étais sur les nerfs. Et cette fille représentait une menace, indéniablement. j'inspirais une nouvelle fois.
    Acceptons le fait que vous ne soyez pas envoyée par mon père dans le but de me tuer. Dans ce cas, ma question est : pourquoi me viser avec un revolver et jouer avec ce charmant petit couteau ?
Je fis un pas vers elle et ma compagne d'âme resserra ses anneaux autour de mon cou, tentant de me faire comprendre qu'elle trouvait cela dangereux.
    Le seul problème, c'est que j'ai appris à reconnaître une menace. Or, vous êtes indéniablement de cette catégorie. Alors soyez gentille, Aelys chérie, retournez donc chez monsieur Shirogane et dites-lui que son fils préféré en a marre des allumeuse qu'il m'envoie dans l'espoir que je me tue avec mes propres pouvoirs.
J'étais sûr d'être face à la vraie demoiselle, cette fois-ci. C'est pourquoi je plantais mes iris rouges dans ses prunelles dissemblables, mettant toute la rage dans mon injonction. Je titubais et dû poser la main sur un tronc pour conserver mon équilibre.
    Tsss... grognais-je, nauséeux.


© Akira
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptySam 8 Sep - 12:51




« Ca bouge! »


Pv; Akira & Aelys
Mais de quoi diable parlait-il ? Un père était capable de vouloir la mort de son propre enfant ? Je ne pouvais pas savoir, le mien était mort quand j’étais petite et mon oncle avait été une personne gentille mais je ne lui avais jamais parlé beaucoup. Il était très solitaire, très distant. Tante Marguerite me disait que c’était son charme. C’était ainsi qu’elle l’avait aimé et qu’elle l’aimerait toujours. Ils formaient un très joli couple. Je ne pus m’empêcher de sourire mais Sera me ramena très vite à la réalité. Un petit soufflement, un petit grognement. Elle me prévenait de ne pas le lâcher des yeux. Lui, ce garçon aux cheveux bruns et aux yeux aussi rouge que le sang de ma dernière âme. Il était quand même étrange. Il ne comprenait pas. Il ne comprenait rien. Savait-il que si j’avais voulu le tuer, je l’aurais senti ? Ou savait-il que, tout simplement, j’étais Shinigami ? Non, je ne pense pas, non. Je baillai et mis ma main devant ma bouche. Ma compagne fit de même. Je continu de m’appuyer sur elle quand je me levais, furibonde. Le début de sa phrase n’avait posé aucun problème. J’étais une menace, chose que je savais. Ensuite, il me sortit le « Aelys Chérie ». Ca ne me plut que moyennement. Personne, même Elliot, ne m’avait dit ca. Je du serrer la mâchoire sous peine d’exploser. Il me parla d’un Monsieur Shirogane. Son père. Je n’eu pas vraiment de mal à le savoir vu le ton qu’il employait. Puis, il y eu le mot Allumeuse. Je perdis mon calme. Avais-je vraiment l’air d’une Allumeuse ?! J’étais qu’une simple gamine de riche, surement comme lui, qui était tombée dans un monde totalement invraisemblable et qui avait des pouvoirs pour les moins étranges. Mais je restais une fille de riche, élevée par sa tante toute aussi riche. Et le truc, c’est qu’on reçoit une éducation pour le moins stricte. Et j’avais bien appris à me battre –chose que j’avais adorée d’ailleurs. Je joignis mes mains en un petit claquement sonore. Alors qu’il se tenait à un tronc d’arbre pour se soutenir, je me fondis de nouveau dans la masse. Les illusions m’étaient vraiment pratiques. C’était génial pour tromper les gens. Le gars était vraiment dans un état pitoyable, autant lui faire croire qu’il hallucine. Des centaines de moi apparurent. Je regardai le serpent. Il fallait que quelqu’un s’occupe de lui, sinon je n’allais pas pouvoir tuer le pervers correctement. Sera répondit de suite en grognant. Puis je fis ce que j’avais à faire. Alors qu’il était par terre, il n’y avait pas de sang pour le moment et il était encore conscient, je m’assis sur lui. Je jouais avec mon couteau, le faisant tourner selon les rayons de la Lune. Après un petit moment de silence, je dis.

▬ Tu sais, si j’aurais voulus te tuer, je l’aurais fait depuis longtemps parce que tu n’aurais eu aucune chance. Mais comme, là, tu vas bientôt mourir, je vais te dire pourquoi tu n’aurais pas eu de chance. C’est simplement parce que j’étais ton adversaire ou peut être que je suis Shinigami … Qui sait ? Enfin, je vais t’achever dans peu de temps. Une dernière phrase ?

Satisfaite, je souris. Sera se rapprocha de moi, prête à s’endormir. Je fermais les yeux pour comprendre ce qu’elle avait alors qu’on n’avait presque rien fait. Je sentis une menace. Chaude, très chaude. C’était donc pour ca. Si je n’avais jamais eu cette intuition surnaturelle, je serais peut être morte à l’heure qu’il est. Surement, grillée. Ou cuite à pointe. Et pire, si je n’avais jamais eu ma compagne d’âme et mon intuition. J’aurais été de la cendre, cette fois là. Heureusement que je m’étais sortis de son dos. Ma tigresse redevenue petite, je la pris dans mes bras et regardai le corps brûlé. Je portais mes mains vers ma bouche, pour retenir un petit cri. Je n’avais rien fait. Ca j’en étais sur. Y’avait il une autre personne ? Etait-ce elle que j’avais sentie ? Peut être que c’était un démon … Oui, surement. J’étais presque sur qu’il pouvait TOUS faire ca. Oui. Enfin. Quand le cadavre aurait fini de cramer, je l’enterrerais pour pas qu’on dise que c’moi. Sera me fit aussi penser que je pouvais éteindre le feu. Je pris une poignée de terre par terre et, à distance raisonnable, je jetais la terre. L’effet escompté ne vient pas du tout. Mais alors vraiment, vraiment pas du tout. Je pensais juste éteindre le feu. Non, au lieu de ca j’entendis un grognement. Puis le mec bougea. Je me retins de partir en courant et hurlant. Je laissais échapper un petit juron du genre « Et merde, qu’est-ce que j’ai encore foutu ? » avant de prendre dans mes bras mon chaton qui dormait tranquillement et de le caresser afin de me détendre un peu. Rien qu’un peu.

[Hors-Rp; Désolée, c'est super méga pourri >< J'me rattrape la prochaine fois et je mettrais les couleurs, aussi, la prochaine fois]

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyDim 9 Sep - 19:04

.
Champignon hallucinogène
AELYS versus AKIRA
D'accord. Cette fille était vraiment bizarre. Voir un peu flippante. Moi qui ne craignait pas grand chose, j'appréhendais mon triste sort aux mains de cette dingue aux cheveux roses. En plus d'être complètement givrée, elle profitait du fait que je sois à moitié écroulé par terre pour s'asseoir confortablement sur mon torse, m'arrachant une grimace. Et c'est moi qu'elle traitait de pervers... Elle jouait avec sa lime à ongles, avec la même tête qu'un psychopathe qui s'apprête à éventrer sa malheureuse victime.
    Tu sais, si j’aurais voulus te tuer, je l’aurais fait depuis longtemps parce que tu n’aurais eu aucune chance. Mais comme, là, tu vas bientôt mourir, je vais te dire pourquoi tu n’aurais pas eu de chance. C’est simplement parce que j’étais ton adversaire ou peut être que je suis Shinigami … Qui sait ? Enfin, je vais t’achever dans peu de temps. Une dernière phrase ?
Pour toute réponse, il augmenta la chaleur de son corps, histoire de lui faire comprendre qu'il n'appréciait pas d'être chevauché comme un canasson. Elle se releva brutalement et, pendant un instant, je cru qu'elle était effrayée. Par quoi, je m'en foutais, j'étais bien trop heureux d'être délivré de son petit corps. Je restait toutefois allongé. La terre tournait trop pour que je puisse tenir debout. Je fut surpris de sentir quelque chose me tomber dessus, en fine brume. J'ouvris un œil. De la ... terre ? Je me redressais sur les coudes, un air interrogateur sur le visage.
    Ça t'arrive souvent de lancer de la terre sur les gens, comme ça ? Princesse, faudrait peut-être aller une fois chez un psy, s'asseoir sur les gens, c'est pas normal non plus.
Lentement, je me relevais. Aelys ne m'adressa pas un seul regard, trop occupée à serrer et à caresser sa boule de poils endormie. Je levais ma main devant moi, l'enflammant.
    Si t'as fini de jouer, je propose que ce soit à mon tour, fis-je d'un ton ironique.
Je ne suis pas sadique de nature mais là, elle commençait à m'énerver. Prenant appui sur un tronc, je me redressai et déployais mes ailes. La fine mais solide membrane noire se déploya dans mon dos, telle des ailes de chauve-souris.
    Maintenant, si tu pouvais m'expliquer pourquoi tu veux absolument me tuer, ça serait bien. Et, en plus; ça te donnera des minutes de vie supplémentaires, vu que je vais finir par cramer notre environnement et toi avec.
Je ne comptais bien évidemment pas faire rôtir cette forêt, je l'aimais trop. La flamme de ma main s'accentua et je fis un pas vers elle. Mais mon corps semblait avoir décidé de me foutre la honte car mes jambes se dérobèrent sous moi. Lamentablement, je m'écroulais dans l'herbe. Roulant sur le flanc pour ne pas avoir le nez dans la terre, je poussais un profond soupir, noyé dans une toux qui me fit cracher quelques gouttes de sang. Ouh. J'avais trop forcé, là.
    Sois gentille, Aelys chérie, va voir ailleurs si y a pas des mecs qui ont envie de se faire charcuter par tes bons soins.
Soyons sincères. Je ne voulais pas qu'elle me voie dans cet état là.
© Akira
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyLun 10 Sep - 16:06




« Ton nom ... »


Pv; Akira & Aelys
tJe fus surprise de voir que le garçon parlait. Moi qui, quelques instants plus tôt, avait crut qu’il mourrait sous le feu. Je serrais Sera contre ma poitrine. Celle-ci émit un petit grognement mécontent, signifiant que je lui faisais légèrement mal. Je desserrais mon étreinte tandis que le jeune homme s’appuyait sur ses coudes. Il me demanda si c’était une habitude de jeter de la terre sur les gens. J’haussais les épaules. J’avais juste voulu enlever les flammes. Enfin, il me conseilla un psy et me demanda si, pareil, c’était normal de m’assoir sur les gens. J’haussais les épaules de nouveau. Lentement, il se releva, une flamme à la main. Je ne clignais pas d’un œil, un petit sourire posé sur le visage. Il était dans un état si pitoyable que c’en était presque tordant. Je fermais les yeux et penchais la tête en avant. Un petit vent souleva quelques mèches de mes cheveux roses. Il était en colère, très en colère. J’ouvris les yeux et sursautais, Sera décida de partir de mes bras. Elle en avait marre que je bouge. Tant pis, mais mes mouvements n’étaient plus entravés par cette boule de poil. Mon sourire disparut quand je vis des choses noires sortirent du dos du garçon. Alors, c’était un démon. Mon sourire réapparut à nouveau. Il voulait des explications, choses que je ne lui donnerais pas. J’allais me contenter de sourire. Ce petit sourire mignon. Pas que j’étais bête, juste que je discernais la vérité du mensonge comme le cas présent. Et puis son physique en disait long sur lui, comme par exemple qu’il allait crever s’il continuait à faire ca. Alors rien que pour ca, je souriais. Il fit un pas et s’écroula. Ca commençait déjà ? Ma petite tigresse sauta sur l’occasion et retourna se coller contre la source de chaleur, ronronnant et dormant. Parfois, je ne la comprenais pas. C’était bien ca qui nous rapprochaient. Nous étions tous deux illogiques passants de colérique à douce. Je m’approchais pour l’achever, mon couteau à la main. Je ne m’arrêtais pas en le voyant cracher du sang, ni même quand il me demanda d’aller voir d’autre mec. Un sourire sur les lèvres. Toujours ce sourire. Je m’accroupis vers lui et le regardais dans les yeux. Vous savez à ce moment là, j’aurais tant voulu le tuer. Il avait l’air tellement faible mais c’était pas sa destinée et pis je me souvins de ce dicton là qui disait qu’on ne frappait pas un ennemi à terre. Je posais mon couteau à mon côté, près de sa main. C’était dangereux mais il n’avait plus assez de force donc je le laisserais ici. De mon sac à main, je sortis un mouchoir en papier non-utilisé et commençait à éponger le sang au coin de ses lèvres. Absorbée dans mon travail, je ne le regardais pas. Souriant, je lui dis.

Et si j’ai pas envie, tu me feras quoi ? Je réponds pour toi, écoute bien : « Je ne pourrais pas te faire grand-chose vu que je suis dans un état pitoyable » et moi, je te réponds que c’est bien vrai.


Je me mis à rigoler doucement. Oui, c’était vraiment vrai. Tant pis, s’il le prenait mal. Il avait le choix entre crever ou être soigné. Je pense qu’il préférait la deuxième option. Je touchais mes mains, elles étaient gelées. Tant mieux. Je posais une main sur son front. J’avais eu raison de le faire. Son front était bouillant. J’eu un petit frisson avant de poser ma deuxième main sur sa joue. Peut être il avait chaud ? J’enlevais mes mains et déboutonnai sa veste avec précaution. Un petit vent s’éleva. Ca me fit un bien fou vu dans l’état dans lequel j’étais. Je pense qu’à lui aussi, ca lui fit du bien. Je virais Sera qui dormait sur sa main et expliquai au démon.

Nous allons aller chez moi, si ca ne te dérange pas. Ainsi, nous pourrons mieux … te soigner. Mais avant tout, s’il te reste assez de force pour parler, dis-moi ton nom. En fait, je te laisse pas le choix. C’est un ordre.


Je replacais mes mains froides contre ses joues, histoire de le garder un peu plus longtemps conscient. Juste le temps qu’il me dise son prénom. Juste le temps.

[Hors-Rp; C'tout pourri, comme l'autre en fait °°' Désolée. Le prochain, j'te promet il sera super bien D8]


© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyVen 14 Sep - 20:10

.
Floor versus Wall
AELYS versus AKIRA
A peine eus-je retrouvé le sol que la boule de fourrure vint se plaquer contre mon flanc. Je grognais, las. J'allais finir par être plein de poils. Miss Psychopathe s'approcha, son couteau près à me découper en petits cubes. Elle s'accroupit et j'eus, un instant, la tentation de lui foutre l'aile dans la figure. Je dus me résoudre à abandonner ce grand projet quand mon dos me tirailla violemment. Toutefois, elle posa son instrument de charcutier et sortit de son sac un truc... blanc. Un mouchoir, devinais-je, quand elle me tapota le coin des lèvres, ôtant le liquide poisseux communément appelé sang qui maculait le coin de mes lèvres.
    Et si j’ai pas envie, tu me feras quoi ? Je réponds pour toi, écoute bien : « Je ne pourrais pas te faire grand-chose vu que je suis dans un état pitoyable » et moi, je te réponds que c’est bien vrai.
Elle rigola toute seule, parfaite incarnation de la tueuse folle, tandis que je desserrais les anneaux de Sword, qui m'étranglait à moitié, angoissée. Aelys plaqua ses mains glacées sur mes joues brûlantes et, j'ai dû mal à l'avouer, cela me fit un bien fou. Puis, sans vraiment savoir pourquoi, elle déboutonna ma chemise. Sword siffla méchamment, en réponse directe à mes pensées affolées. Hé oh. Depuis quand les filles déshabillaient-elles les garçons en pleine forêt ?!
    Nous allons aller chez moi, si ça ne te dérange pas. Ainsi, nous pourrons mieux … te soigner. Mais avant tout, s’il te reste assez de force pour parler, dis-moi ton nom. En fait, je te laisse pas le choix. C’est un ordre.

    Ludwig, lâchais-je en grimaçant.
Je ne mentais pas tout à fait, vu qu'il s'agissait de mon deuxième prénom. Je ne parvenais toujours pas à savoir si je pouvais lui faire confiance.
    Princesse, avant de faire quoi que ce soit, explique-moi pourquoi tu braquais deux revolvers sur moi.
Je ne suis pas masochiste mais l'idée d'aller chez elle ne me disait rien qui vaille. Je cherchais à gagner du temps, rien de plus. Finalement, je me redressais en position assise, appuyé contre un tronc. Je rétractais prudemment mes ailes et Sword s'enroula autour de mon avant-bras, protectrice.
    D'ailleurs, pourquoi n’emmener chez toi ? Tu n'as aucune raison de me "soigner". Tu pourrais très bien me laisser ici.

[Désolé, c'est pourri >_< ]
© Akira
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyDim 16 Sep - 17:55




Pas « Princesse » mais « Aelys »


Pv; Akira & Aelys
Mes mains étaient posées sur ses joues d’une couleur blanche, un blanc maladive ne s’accordant pas avec les cheveux bruns du garçon. Ca lui donnait un côté assez vampirique de nos anciens contes. Si certaines aimaient ca, moi je détestais. Je souris. En grimaçant, le jeune homme lâcha un petit mot. Un prénom exactement. Ludwig. C’était un nom le moins étrange que j’avais entendu jusqu’ici. Un nom originaire de mon ancien pays. J’enlevais doucement mes mains et fouilla dans mon sac. J’avais besoin d’un truc. Quoi ? Je ne sais pas du tout. Mais il me fallait un truc. Je sortis mon portable, le regarda longuement et le rangea. Puis mon portefeuille. Là, je ne vois pas pourquoi je le prenais. Je le rangeais en soupirant. Je pris mon couteau au sol et attrapai un nouveau mouchoir avant de l’essuyer bien correctement. Chaque poussière était enlevée. Je le rangeais dans mon sac. Puis je m’attaquais à mes deux pistolets. J’écoutais, bien évidement, Ludwig en même temps. Il se répétait beaucoup. Me posant toujours les mêmes questions, les mêmes surnoms. D’ailleurs, s’il continuait à m’appeler « Princesse » j’allais lui faire passer cette envie. Puis il me demanda pourquoi je voulais l’emmener chez moi. Je me mis à sourire et me mis debout, me mettant de dos pour que le pervers ne voit rien. Je soulevais, pas trop haut, ma robe et rangeais mes flingues. Je lâchais la jupe de ma robe et repassa les petits plis. J’ouvris la bouche et la referma. Qu’allais-je lui dire ? Et puis, il avait raison, pourquoi l’aidais-je ? Compliqué, compliqué. J’attrapais une mèche de cheveux et l’enroulais autour de mon doigt. Je regardais Sera. Dormir … Elle passait son temps à dormir. C’était tellement simple, je voulais tellement faire comme elle. Mais je pouvais pas. Non, je pouvais pas. Quel dommage. Je lâchai ma mèche et pencha la tête sur le côté, fermant les yeux. Je sentais qu’il ne me faisait pas confiance. Il n’avait pas tort. J’avais essayé de le tuer après tout. Peut être que je devrais lui expliquer ? Mais quoi ? Il ne fallait pas que je lui révèle tous mes secrets non plus. Et puis, si je lui parlais de ma grande intuition, il me prendrait pour une folle ou, du moins, plus qu’il ne le pensait. Je fis un petit sourire tordu avant d’entamer.

Et bien, j’ai pensé que tu étais dangereux et je me suis protégée, tout simplement. En fait, oui, c’est très simple. Bien plus que je ne le pensais –j’écarquillais mes grands yeux avant de continuer, un sourire étrange sur les lèvres- et puis si je t’emmène chez moi, c’est pour te violer bien sur ! Héhé, je préfère les soumis et ton état fait que tu l’es donc c’est pour ca que je t’emmène. –je rigolais et repris, plus sérieuse-. Si je t’emmène chez moi, c’pour mieux te soigner, idiot. Enfin. Si tu veux crever, je te laisse, hein. Moi, personnellement, ca ne me fait rien. Juste. Avant de mourir, tu ne voudrais pas te cramer, histoire que personne ne le sache et qu’on ne m’implique pas dans une affaire de meurtre. Merci, ce serait très gentil de ta part.


Je ramassais Sera qui dormait profondément. Au contact de mes mains sur son poil, elle se leva et partit se poser ailleurs. Surprise, je la regardais faire puis haussais les épaules. Je me baissais à son côté et attrapai le mouchoir où quelques taches rouges se couraient après. Je sortis un nouveau mouchoir propre et l’enroulais autour du sale. J’allais le jeter à la poubelle, ce serait trop dégoutant de le laisser dans cette forêt. Je le fourrais dans mon sac en grimaçant. Je rangeais mes affaires qui trainaient sur le sol. Mon dieu, je m’étais éparpillée là. Vers un arbre, à l’opposé, il y avait un stylo qui trainait. J’y allais à quatre pattes. Je le ramassais et revint là où j’avais laissé mes affaires. J’eu très vite finis, à mon plus grand bonheur. En plus, j’étais crevée. J’allais rentrer et sauter dans mon lit pour dormir dedans. Je m’étirais et embrassais la joue du garçon, comme toutes filles bien élevées. Soudainement, j’eu une idée. Je sortis le stylo de mon sac et écrivit sur le bras de Ludwig, en très gros : « AELYS ». En rigolant, je dis.

Si tu as besoin de quoique ce soit, crie mon prénom. Attention, ce n’est pas « Princesse » mais « Aelys ». Je l’ai écrit exprès pour pas que tu te trompes. Enfin. Ne te trompe plus, attention. Aller, bonne mort.


Sur ce, je me relevais, m’époussetais. J’allais devoir prendre une douche, aussi. Je pris Sera dans mes bras et posais un bisou sur le haut de son crane et commençai à m’en aller. Doucement, très doucement. Je savais que ca faisait trop genre la fille qui veut vraiment qu’on la rappelle mais bon, j’’allais pas le laisser crever bichette. Je me faisais rire moi-même. J’étais pitoyable parfois, trop pitoyable. Je continuais de m’éloigner, me retenant de rire.

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyJeu 27 Sep - 18:39

.
Ne me quitte pas... ♫
AELYS versus SEVEN
Aelys se mit à farfouiller dans son sac et en sortit successivement ce que je reconnut comme étant un gsm, petit bijou de technologie terrestre, un portefeuille -mon regard s'alluma : argeeeeeent !- , qu'elle rangea après l'avoir longuement observé. Finalement, elle essuya son couteau et le rangea, à mon grand soulagement. L'instrument de boucher était hors de vue. Elle se mit à farfouiller un peu partout, ramassant divers objets qu'elle avait apparemment laissé trainer un peu partout. Décidément, elle semblait encore plus bordélique que moi. Finalement, elle m'expliqua qu'elle avait pensé que j'étais dangereux -je grimaçais : je ne semblait pas l'être, je l'étais- et qu'elle s'était simplement protégée. Je fermais les yeux et elle continua sa litanie de mots : elle m'emmenait chez elle pour me violer soigner. Tout en précisant que si je préférais crever tout seul dans les feuilles, c'était mon choix. La seule chose qu'elle souhaitait que je fasse était de me faire flamber tout seul afin qu'on ne la soupçonne pas de meurtre. cela me fit ricaner et cracher un peu de sang. Quel instinct de survie. Elle se pencha, ramassa sa peluche géante et se mit à farfouiller un peu partout, ramassant divers objets qu'elle avait apparemment laissé trainer un peu partout. Décidément, elle semblait encore plus bordélique que moi. Se saisissant d'un bic, elle revint vers moi et traça son prénom en grosses majuscules sur mon bras.
    Si tu as besoin de quoique ce soit, crie mon prénom. Attention, ce n’est pas « Princesse » mais « Aelys ». Je l’ai écrit exprès pour pas que tu te trompes. Enfin. Ne te trompe plus, attention. Aller, bonne mort.
Elle m'embrassa sur la joue et commença à s'éloigner. Non. Elle ne pouvait pas. J'hallucinais. Elle me laissait sans aucun remord à moitié crevé en pleine forêt. Un mauvais sourire s'installa sur mes lèvres rougies par le sang que j'avais recraché. Je devais être en train de délirer, il n'y avait pas d'autres explications. Cette folle m'abandonnait dans cet état.
    Okay Prin... Aelys. T'as gagné. Amène-moi chez toi et tu seras pas inculpée pour meurtre d'un beau mec.
Péniblement, je me relevais tandis qu'elle revenait vers moi, après un moment d'hésitation. Je m'appuyais lourdement sur son épaule. J'étais un gentleman : je n'allais pas l'obliger à me transporter inconscient. Je suis sympa, nan ? Péniblement, nous sortîmes de la forêt, Sword lovée contre mon cou, enroulée autour de mon torse. Je n'avais même pas conscience de la direction que nous prenions. Je m'en fichais royalement. Tout ce qui m'importait, c'était de m'allonger, dormir et récupérer de l'énergie. Je ne voulais pas satisfaire mon père en mourant ainsi. C'était peut-être désuet mais je souhaitais mourir en héros ou du moins, en ayant accompli quelque chose. En lui ayant pourri l'existence aussi, à mon papa chéri.
    Mon véritable prénom, c'est Seven. Ludwig, c'est juste mon deuxième prénom. Vu la situation, je pense que je peux me montrer franc avec toi. Et Shirogane, c'est le nom qu'utilise mon père pour ses méfaits. Je pensais que tu verrais de qui je parlais. Mais visiblement, il est inconnu au bataillon et c'est tant mieux.
Pourquoi lui disais-je tout ça ? Je me sentais coupable. Coupable de lui avoir un peu mentit alors qu'elle m'aidait. J'occultais sa tentative de meurtre et ne me concentrais que sur le fait qu'elle m'aidait. Je ne voulais pas mourir. Pas aussi bêtement. Je ne me rendis compte de ce qui m'entourait que quand elle me fit basculer et je m'écroulais avec plaisir sur le sofa moelleux. Je fermais les yeux.
    Tu dois avoir sacrément confiance en toi pour m'amener chez toi... soufflais-je. Mais merci...


[Je les ai fait un peu bouger, si quelque chose te gêne, dis-le moi et je modifierais =) ]
© Seven
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyDim 14 Oct - 8:56




« Oooh ! Une luciole ! »


Pv; Akira & Aelys
Ce que je voulais entendre, se fit entendre. Il me rappela avec mon prénom. Halleluyah ! Je revins vers lui, un sourire plaqué aux lèvres. Il se leva et s’appuya sur mon épaule. Qu’est ce qu’il était lourd … Quand il se lâcha sur ma frêle épaule, je crus tomber. Juste ma jambe droite qui défaillait mais bon, tomber à deux quand même … Je passais mon bras autour de sa taille et nous commençâmes à avancer. Avant tous, nous devions sortir de cette forêt. J’entendais Sera grognée, mécontente de ne pas pouvoir venir dormir sur moi. Bah oui, la place était déjà prise par un mec qui devait faire deux fois mon poids. Enfin, j’abuse mais quand même. Je commençais à avoir une crampe à la main quand je le sentis « s’envoler » un peu plus du monde réel. Par conséquent, il était plus lourd. Je grimaçais et descendis légèrement ma main. J’avais mal ! Vivement qu’on arrive à l’appart’. En plus mes yeux se fermaient lentement, mais très lentement. Ludwig prit la parole, je pense que c’était pour éviter d’avoir l’air pathétique en tombant dans les pommes dans les bras d’une fille. Enfin … Il m’avoua qu’il m’avait menti. Ok, super … Son nom était Seven et non Ludwig. Je me mordis la lèvre inférieure. L’envie de le lâcher pour qu’il se ramasse le sol était fort … Et puis le reste je m’en foutais à vrai-dire. Nous arrivâmes bientôt vers mon agréable petit appartement. Qu’est ce que je l’aimais. Nous dû prendre l’ascenseur à cause du malade que je transportais puis nous marchâmes dans un couloir avant d’arriver devant ma porte. Je cherchai mes clefs et me débattit avec la porte. Ce fut compliqué … Finalement, je réussis à l’ouvrir et nous entrâmes, je le fis basculer sur le canapé avant de me masser mon épaule endolorie. Il me souffla quelques mots qui me fit sourire. Je répondis sérieusement.

Assez, oui. En attendant, repose-toi, je vais aller te chercher de la glace.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Je m’éloignais vers la cuisine. Cette salle était tellement moderne et sobre … Elle me déprimait parfois. Je fis rouler mes épaules lentement. Je grimaçais puis me dirigeais vers l’espèce d’énorme frigo posé au fond de la cuisine. Une fois que j’aurais finis avec Seven, j’irais me mettre au lit et je n’en bougerais plus pour un certain moment. Je sortis un paquet de glaçon que je glissais dans un gant puis repartis vers le salon où un mec dormait sur mon canapé. Je ne pus m’empêcher de sourire. Il avait l’air tellement inoffensif qu’il en paraissait pathétique. Pas du tout le mec qui avait voulu me cramer. Je posais délicatement le gant sur son front brûlant et resta un instant à le regarder. Je m’étirais puis sortis du salon pour gagner ma chambre. Belle, elle l’était. Spacieuse, de même. Je pouvais qualifier ma chambre que de mots biens. Elle était juste géniale et me rappelait mon ancien chez moi, en Angleterre. Je me laissais aller contre mon lit. Je n’arrivais plus à bouger. J’avais jamais autant utilisé mon pouvoir. Sera sauta sur mon lit moelleux et s’installa à côté de moi. Lentement je quittais mes chaussures puis m’installais en chien de fusil. Le ronronnement de mon tigre me berça et je sombrais très vite dans un profond sommeil. Sur, demain, j’aurais des courbatures.

Le lendemain, je me réveillais en sueur. J’avais chaud, j’avais gardé mes habits de la veille. Mais qu’est ce qu’il m’arrivait ?! Non mais garder mes vêtements de la journée pour dormir ce n’était pas classe. Je me levais très vite tandis que la terre tournait autour de moi. Super, j’étais allée un peu trop vite. Puis d’un coup, tout me revins. Seven, le serpent, mon canapé, chez moi. Ok, ok. Il fallait que j’aille voir s’il allait bien, que je lui prépare la bouffe –bah oui, on fait pas cuisiner les invités, je suis une bonne hôte- mais avant tout, je devais prendre une douche. Non, un bain serait mieux. Ouais. J’attrapais un débardeur blanc et un petit pull de la même couleur mais beaucoup plus transparent. Dans une armoire je pris mes sous-vêtements ainsi qu’un short en jean. Alors je me dirigeais vers ma salle de bain. Il n’y en avait qu’une seule mais c’était pas grave. J’entrais dans la pièce avant de fermer la porte derrière moi, pas à clé l’autre devait encore dormir. Je fis couler l’eau chaude et me déshabillais. Je détachais mes cheveux que j’avais ramenés en une couette puis les coiffais avant d’entrer dans l’eau. Je soupirais d’aise. Tous mes muscles venaient de se relâcher d’un coup. Je fermais les yeux et plongeais sous l’eau, juste quelques instants. Le désavantage dans l’eau, c’est qu’on entend qu’à peine ce qui se passe autour de nous. Du coup je n’entendis pas la porte s’ouvrir et quand j’émergeais de l’eau, je vis le visage du garçon. Attrapant la première chose qui me tombait sous la main –un morceau de savon- je le balançais sur Seven tout en criant.

Kyaaaaah ! Espèce de pervers !

[Hors-Rp: Désolée, je fais bouger Seven. Si ca te plait pas, j'enlèverais les dernières phrases x)]

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyMar 30 Oct - 14:03

.
Massacre à la savonnette
AELYS versus SEVEN
Je savourais le moelleux du fauteuil sous mon corps et faillis hurler lorsqu'un truc glacé entra en collision avec mon front brûlant. Encore un peu et y aurait eu de la vapeur. Je sentis son regard sur moi puis elle s'en alla. Précautionneusement, je me redressais un peu et positionnais le gant de glace correctement. Moi qui haïssait le froid, je devais avouer que ça faisait du bien, en ce moment. Partir habiter au Pôle Nord, ce serait peut-être pas une mauvaise idée... je m'endormis sur cette pensée débile, un sourire tout aussi débile accroché aux lèvres. J'étais bien... même si je squattais le canapé d'une fille qui avait faillit me faire la peau.

Je me réveillais à l'aube. La poche de glace était maintenant remplie d'eau tiède, ce qui ne m'inquiéta que très peu. Mon corps était brûlant, c'était normal que les pauvres glaçons aient finis ainsi. Je me levais, faisant protester Sword qui s'était installée dans ma chemise, au chaud, et qui maintenant dégringolais le long de mon torse pour atterrir dans le canapé. Elle ondula, se redressa et s'enroula autour de mon bras. Le sceau tatoué sur ma main pulsait d'une lumière rouge. C'était ignoble... et en plus, ça chatouillait. Et ça faisait mal. Bon, où se trouvait la cuisine de mon hôtesse aux cheveux roses ? M'appuyais lourdement contre les murs, j'avançais péniblement dans l'appartement. C'est dingue à quel point il était différent du mien. Chez moi, c'était sombre, humide, un peu cassé de partout à cause de mes ailes, alors qu'ici c'était lumineux, chaud et totalement clean. Plus propre encore que dans une pub pour de l'eau de javel. J'aurais presque pu imaginer Aelys en robe de soubrette occupée à prendre les poussière. Les crocs de Sword dans mon talon me firent revenir à des pensées moins dangereuses. J'aurais dû garder les yeux ouverts, hier, histoire de voir où se trouvait cette fichue cuisine. A tout hasard, j'ouvris une porte. Han, c'était une chambre. D'amis, vu qu'elle semblait inoccupée. Je fis quelques pas, songeant que ce devait être fichtrement agréable de vivre ici. N'empêche, ma vie aurait sans doute été différente si je n'avais pas été le septième gamin de mon cher paternel. Quand je pense à toutes les histoires qu'il a fait juste parce que j'ai six frères ainés. Toutefois, je ne souhaitais à aucun membre de ma famille de vivre ce que je vivais. Quoique Märchen aurait peut-être bien besoin d'une vacherie de ce genre, histoire de le décoincer un peu.

J'avais vraiment trop chaud. Je sortis de la douillette petite chambre et ôtait sans plus de cérémonie ma chemise trempée de sueur. Elle était foutue, de toute façon. Au pire, je n'avais qu'à la transformer en chiffons. Sword glissa doucement sur le sol, s'enroulant autour de ma jambe, se hissant jusqu'à mes épaules. Elle frotta sa petite tête écailleuse contre ma joue et désigna du bout de sa petite langue fourchue une porte d'où émanaient des rais de lumières. La cuisine ? Ma compagne de démentit pas et je m'en approchais. J'ouvris la poignée et rentrais. Mes yeux se posèrent sur le mur et haussais un sourcil. Bah, ça me faisait plus penser à une salle de bains qu'à une cuisine. Attendez. Salle de bains ? Je jetais un regard suspicieux à Sword, qui me réponditn par une petit ricanement mental. Lentement, trèèèès lentement, je tournais la tête et aperçut le visage d'une Aelys ruisselante d'eau, qui se mit à hurler quelque chose que j'entendis à peine. Elle me balanca quelque chose et je l'évitais à peine. J'étais... abasourdi. Je levais les mains en gloussant et me retournai.
Relax princesse, je me suis juste trompé de pièce. Quoique celle-ci semble très agréable...
Mmh. J'avais envie de l'ennuyer. Un sourire qu'elle ne pouvais voir collé aux lèvres, je croisais les bras, toujours dos à elle. Mon tatouage pulsait toujours et je fis craquer mes doigts, las.
Je cherchais de l'eau, histoire de refroidir ma main. Je suppose que l'eau de ton bain est tiède...ça pourrait convenir.
Je ne pensais pas ce que je disais, ma seule envie était de l'ennuyer un peu, sans méchanceté. Sword se détacha de moi et alla fureter du côté de la baignoire. Je la rappelais sèchement à moi. On allait avoir des choses à mettre au clair, elle et moi.
© Seven

~~~~~~~~~~~~~~~~

« Oooh ! Une luciole ! » Signaturelysander
Merci Twixette pour le kit o/
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyMar 30 Oct - 16:22




« Tu ne materas pas ce matin! ♫ »


Pv; Akira & Aelys
Le pervers. C’est juste un gros pervers quoi ! Pourquoi je l’ai ramené chez moi ? Non mais dîtes ! J’aurais dû vérifier qu’il dormait encore avant de me glisser sous l’eau. J’aurais dû mais je ne l’ai pas fait. Quelle idiote. Sera nous avait rejoins. Assise prêt de Seven, elle rigolait doucement. Enfin, ce qui semblait un petit ricanement était un fou rire dans ma tête. Elle devait penser à des choses perverses comme le garçon devant elle. Je ramenais mes bras vers ma poitrine, la cachant par la même occasion. Un frisson me parcourut l’échine et avec ma main, je replaçais une mèche de cheveux derrière mon oreille. Entre temps, il s’était retourné, me laissant un peu plus d’intimité. N’empêche, j’étais pas contente. Il avait évité mon savon et je ne pouvais pas aller le récupérer sans qu’il ne me voie. Pareil pour ma serviette qui était derrière lui. Je grimaçais tandis que ma tigresse continuait de ricaner. Les mains levées, il me demanda de me relaxer, qu’il s’était trompé de salle, tout simplement. Ouais, c’est ca. Il l’avait fait exprès j’en étais sur. Puis sur un ton très, très, très pervers, il m’annonça que celle-ci lui convenait aussi. Je cru m’étrangler. Mes mains se serrèrent autour de mes bras et je fermais les yeux. Ce n’était plus des frissons que j’avais là, c’était pire … Une espèce de lumière attira mon attention. Elle émanait de la main de Sven. Je détournais la tête, cette lumière me donnant des légères nausées. J’entendis des petits bruits de craquements mais je préférais continuer à regarder le mur. Joli mur, hein. Le garçon continua avec un méga pervers.

▬ Je cherchais de l'eau, histoire de refroidir ma main. Je suppose que l'eau de ton bain est tiède...ça pourrait convenir.

Non mais non, stop. Ma tête s’était tournée toute seule en entendant ce qu’il venait de dire. Mes yeux étaient ronds comme des soucoupes. C’était du psychopathisme pur là ! Je resserrais mon étreinte autour de moi puis me rappelait qu’il était dos à moi. Je pris mon gel douche et le lança à sa tête. Il ne put l’esquiver et se le prit en plein crâne. J’hurlais un « Gros pervers ! » et agitais mes bras dans tous les sens. Avant de me remettre dans ma position initiale. Je bougeais de nouveau et me couchais dans la baignoire, laissant juste ma tête et un bout de ma jambe hors de l’eau. Néanmoins, il avait raison. Elle était tiède. Je soupirais. J’allais devoir sortir. Ce n’était pas bon, je voulais qu’elle soit chaude. Brûlante. Mon bain n’était plus bon … Je le regardais. Il était toujours tourné face au mur. Il était torse nu. Quel pervers, quel obsédé … Mais bon, je lui pardonnai un petit peu car je ne valais pas mieux. Un nouveau ricanement si fit entendre. Sera. Je me mordis la lèvre inférieure. Ce n’était pas ma faute, c’était naturel chez l’Homme. Puis mater n’est pas quelque chose d’interdit. Tout dépendait de ce que l’on pouvait mater. Puis tant que les personnes ne passaient pas à l’acte, tout était OK. Pourquoi pensais-je à ca ? Je secouais la tête et me rassis dans la baignoire. Je posais menton sur le rebord de la baignoire, les bras dans le vide. Juste pour voir si je demandais gentiment quelque chose, il le ferait, je dis.

Tu peux me passer ma serviette, s’il te plait ?

J’étais gentille. Enfin, oui mais non. S’il ne le faisait pas, il risquait quelque chose et ce n’était pas forcément bien. Non, ca ne serait pas plaisant. Un sourire chaleureux aux lèvres, un regard … un regard normal. Je fermais mes yeux et pensais a Sera. Celle-ci attendait un mouvement de la part du garçon. Elle semblait vouloir l’attaquer. Mais pourquoi ? Et je compris. Eut-il touché à peine le tissu de ma serviette, il se ferait mordre. C’était une belle garce quand elle s’y mettait. J’eu une petite grimace mécontente. Je tendis mes bras devant moi, le reste de mon corps était caché. J’avais trouvé une belle technique pour ne rien montrer. Fière de moi. Je repris la parole, en jetant un regard vers Sera.

Dépêche toi, mon eau refroidi et je ne voudrais pas aller la chercher moi-même pour que tu ais le plaisir de mater. S’il te plait. Ou sinon … tu mangeras pas, nah !

Ca pour du chantage, c’est du chantage –ironie.

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyMer 7 Nov - 18:40

.
Gel douche = arme de destruction massive
AELYS versus SEVEN
Je pensais qu'on était en trêve, tout les deux. D'accord, d'accord, je la cherchais un peu, debout dans la salle de bains, dos à elle. Mais tout de même... j'aurais dû me méfier en l'entendant gigoter dans l'eau mais, gentil comme je le suis, je ne me suis pas retourné. Et je me suis pris un truc dans le crâne. Immédiatement, une aura flamboyante de colère s'est développée autour de moi, faisant brusquement monter la température de la pièce déjà chauffée par l'eau du bain. Mes yeux se posèrent sur le missile. Un gel douche... je grognais et l'envoyais d'un coup de pied valser contre le mur carrelé. Toutefois, je e dis rien, pinçant les lèvres à les rendre blanches. Cramer mon hôtesse n'était certainement pas une bonne technique de survie. Sword siffla et glissa sournoisement sur mon épaule, tentant de me faire parvenir par voie mentale ce qu'elle voyait. Je lui fermais mon esprit sèchement.
Tu peux me passer ma serviette, s’il te plait ?

Et tu oses me demander ça après m'avoir lâchement lancé quelque chose à la tête, alors que je te tourne le dos ?
Je croisais les bras. J'étais en colère, et je n'allais certainement rien faire pour atténuer l'aura de feu qui flamboyait autour de moi. Certes, j'allais encore finir à quatre pattes, rampant pour trouver de la fraîcheur mais là, sur le coup, je m'en fichais royalement. Sword planta ses crocs dans mon épaule, vaine tentative pour essayer de me calmer un peu. Seule conséquence : une douleur aiguë en plus de tout le reste. Sympa le python. Mes yeux se posèrent néanmoins sur la serviette que me demandais la demoiselle au cheveux roses. La tigresse se trouvait à côté, dans une posture qui ne m'inspirait nullement confiance.
Dépêche toi, mon eau refroidit et je ne voudrais pas aller la chercher moi-même pour que tu ais le plaisir de mater. S’il te plait. Ou sinon … tu mangeras pas, nah !

Bonjour l'argument du tonnerre, fis-je ironiquement en levant les yeux au ciel.
Je lançais un regard suspicieux à la boule de poils et tendis la main vers la serviette de bain. A peine eus-je frôlé l'épaisse serviette que la bouboule poilue me sauta dessus et mordit joyeusement dans le sceau, m'arrachant un glapissement de douleur et de fureur. Je n'étais plus en colère. Non, j'étais maintenant carrément furieux. Je réprimais toutefois ma furieuse envie de transformer Sera en gigot bien cuit et m'emparais de la serviette, après avoir rageusement envoyer bouler le compagnon d'âme contre un mur. Sans me retourner, je balançais l'essuie par-dessus mon épaule, vers Aelys. Peu m'importait s'il tombait dans le bain ou à deux mètres d'elle car je sortis en claquant la porte. J'ouvris violemment une autre porte et tombait -miraculeusement- sur cette fichue cuisine. Tout était bien brillant, bien rutilant... tellement propre que cela me fit grimacer. Elle avait rien d'autre à foutre que d'astiquer chaque ustensile de cuisine ? J'ouvris le congélateur et plongeais la main dedans, soupirant de soulagement quand la morsure glacée s'empara de ma main bouillante. Dieu que cela faisait du bien. J'essayais de calmer mes tremblements de fureur, posant le front contre la porte du frigo. Me tortillant, je finis par m'affaler à moitié sur le sol, le dos contre la porte du réfrigérateur, le bras tordu bizarrement pour que ma main douloureuse reste dans le congélateur. Comme j'avais inconsciemment activé mes pouvoirs dans la salle de bains, j'étais à nouveau malade, blanc comme un ligne, gémissant pitoyablement sous les assauts conjugués de la douleur et de la nausée. J'vous jure, c'est bien la dernière fois que je pète un câble, c'est franchement sadique point de vue conséquences.


© Seven

~~~~~~~~~~~~~~~~

« Oooh ! Une luciole ! » Signaturelysander
Merci Twixette pour le kit o/
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyJeu 8 Nov - 20:14




«Lalalala »


Pv; Akira & Aelys
Seven ne fut pas content de se recevoir un gel douche en pleine tête. Je le sentis quand l’atmosphère se réchauffa. Depuis que je le connaissais, donc pas longtemps, j’avais eu le temps de comprendre que son don était le feu, la chaleur. Enfin. Je le vis, aussi, quand il donna un grand coup de pied dans mon pauvre gel douche, qui alla rebondir contre le mur. Bien évidemment, il se perça et le liquide coula sur le sol. Je ramenais ma main vers mon cou, serrée en un poing. J’allais devoir tout nettoyer. Je fermais les yeux et attendis qu’il daigne me donner ma serviette. Mais Sera était en posture de lui sauter dessus et bien sur, elle le fit, une fois qu’il eut touché le tissu. Je grimaçais tandis que le garçon glapissait. Ma tigresse pouvait mordre très fort mais, à mon plus grand malheur, elle eut le même sort que ma pauvre bouteille, désormais vide, de gel douche. Quand elle cogna le mur, je ressentis une douleur au niveau de mon épaule. Je suppose, parce que ca ne fait pas longtemps que je suis ici, qu’on peut ressentir les sentiments de nos affiliés. Bref, elle eut mal, j’eu mal. Il balança ma serviette derrière lui qui arriva pile dans mes bras. Furieux, le garçon sortait de la pièce. Je lançais un « Seven ! Att … » qu’il avait déjà fermé la porte de la salle de bain. Je ramenais ma main contre mon front et soupirais. Un mec. C’était bien un mec. Je sortis du bain et m’enroulais la serviette autour du corps. J’irais le voir une fois prête. Cela prit bien une demi-heure rien que pour me coiffer. Je séchais mes longs cheveux puis les démêlais, ce qui n’était pas chose simple. Une fois finis, je me fis deux nattes. Ainsi, ils ne s’emmêleraient pas de la journée. Je me séchais et m’habillais de mon short, de mon débardeur et mon petit pull. Je me lavais, ensuite, les dents et me nettoyais le visage. Je soupirais de bonheur. Qu’est-ce que ca faisait du bien d’être propre. Je me regardais dans le miroir. Il était l’heure d’aller retrouver notre Fire Man. Je secouais la tête avant de la redresser, lentement je me dirigeais vers la porte tandis que je me disais intérieurement « Let’s go ! »

Dans le couloir, je ne savais pas trop où aller. C’est vrai, quoi. Il aurait pu aller n’importe où. Je me dirigeais vers la première porte, près de moi. Porte de ma cuisine. Doucement, je l’ouvris et me glissais dans la pièce et, surprise !, Seven était là. Je me mis à sourire comme une idiote. Il était à moitié à poil, assis sur mon carrelage, main dans le frigo. Il avait quoi ? Ses règles, peut être ? Sans faire le moindre bruit, je continuais mon avancée vers lui. Je posais ma main gelée sur son épaule chaude. Je fus surprise, d’ailleurs, par celle-ci. Il était bouillant. Inquiète, je me plaçais devant lui et posais ma main contre son front. Je la retirais vivement. C’était trop chaud. A moitié mort qu’il était, je le levais, chose assez difficile quand on sait qu’il fait surement vingt kilos de plus que moi. Je l’amenais vers la chaise la plus proche, me retenant de m’écrouler sur le sol. Grand Dieu, il était lourd. Puis je me précipitais vers mon congélateur et attrapais un sachet de petits pois congelé que j’appliquais sur sa main où son tatouage pulsait de la même lumière que tout à l’heure. Je détournais très vite le regard, nauséeuse. J’ouvrais mes fenêtres en grand, pour procurer un maximum d’air au démon. Pour finir, je revins vers lui. Je posais ma main contre sa joue et lui relevait sa tête molle. Doucement, je lui dis.

Ca va mieux ? Tu es tout pâle, on dirait un zombi … Pardon, il doit surement en avoir ici que tu connais et puis je ne suis pas là depuis longtemps donc je ne connais pas grand-chose. Enfin passons … Dis moi, ne serais-tu pas un Démon ? Moi, si tu veux savoir, je suis une shinigami. C’est trop mignon, j’adore dire « Shinigami » … Pardon, tu dois surement t’en ficher …

Je grimaçais, désolée de m’embarquer dans des choses aussi stupides. Je m’excusais encore une fois puis, tout en lui indiquant où se trouvait à manger ainsi que ma chambre si besoin était, je sortis. J’allais continuer à étudier ce monde aux travers de mes livres. A mon arrivée ici, j’étais allée en librairie pour pouvoir acheté tous les livres parlant de ce monde ci et c’est ainsi que j’ai appris son nom. Bref. Je pris un livre et me couchais sur mon lit face à la fenêtre, dos à la porte et me mis à bouquiner. Sera sauta sur mon lit douillet et se colla à moi, son ronronnement m’apaisant. Je me mis à chantonner très bas, tout en lisant, mes pieds battant l’air. C’était vraiment un moment paisible. J’aimais vraiment la lecture.


© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyVen 9 Nov - 21:16

.
Un p'tit pois s'en allait en vacanceuh ~
AELYS versus SEVEN
Je dodelinais de la tête et sursautais mollement quand Aelys fit irruption dans la cuisine, qui devenait peu à peu un véritable sauna. Elle me fit me lever et je grognais, ayant peu envie de quitter la fraicheur du sol... qui n'était plus très froid, en fait. Elle me fit m'asseoir sur une chaise et je rejetais la tête en arrière. Je songeais un bref instant que j'ignorais totalement quel genre de créature était Aelys. Si elle était une vampire, qu'elle ne me morde pas, merci, j'avais aucune confiance en les tripapouillages génétiques que pouvait avoir fait mon cher père. Elle mit fin à mes pensée et me collant un truc glacé sur la main. On aurait presque pu entendre le sifflement martyrisé du truc congelé contre mon tatouage bouillant. Je jetais un regard intrigué au sachet de ... petits pois ? Elle posa sa main sur ma joue et me fit relever la tête. Je la regardais à peine, mourant d'envie de plonger en avant pour étreindre la froideur du sol... ou des bras de la demoiselle, je ne savais pas trop. Quoique, vu les réaction de miss revolver, le sol était préférable.
Ça va mieux ? Tu es tout pâle, on dirait un zombi … Pardon, il doit surement en avoir ici que tu connais et puis je ne suis pas là depuis longtemps donc je ne connais pas grand-chose. Enfin passons … Dis moi, ne serais-tu pas un Démon ? Moi, si tu veux savoir, je suis une shinigami. C’est trop mignon, j’adore dire « Shinigami » … Pardon, tu dois surement t’en ficher …

Bingo, je suis bien un Démon, fis-je, la bouche pâteuse. Un maudit Démon en bien mauvais état, comme tu peux le voir.
D'accord, le jeu de mots était vraiment pourri mais j'avais pas pu retenir mon ironie. Elle s'excusa - de quoi s'excusait-elle, au fait ?- et m'indiqua où se trouvait la nourriture ainsi que sa chambre. Cela m'arracha un petit sourire : qu'est-ce que j'allais bien aller pouvoir foutre dans sa chambre ? Malgré les apparences, je respectais l'intimité des gens -oui, même quand ils sont dans leur bain- et j'évitais de m'introduire dans ces sanctuaires. Moi-même je n'aimais pas qu'on s'incruste dans ma chambre. Elle quitta la cuisine et j'inspirais profondément. De longues minutes s'écoulèrent et je me relevais lentement. J'en avais marre. Il fallait que je me rafraichisse et que je n'active plus une seule fois mes pouvoirs pour... disons, les trois prochaines semaines. Je courus presque dans la salle de bain et ouvrit la douche sur l'eau la plus froide possible. Dirigeant le jet sur ma tête, je fermais les yeux et repoussait au plus profond de moi toute trace de magie. L'aura de feu régressa et la nausée se dissipa enfin. Je trouvais une serviette propre et me frictionnais les cheveux, le sourire aux lèvres. J'étais pas encore au top de ma forme mais j'avais déjà une tronche moins cadavérique. Je me glissais silencieusement dans le salon, où Aelys se trouvait, penchée sur des ouvrages. Je me glissais derrière elle et zieutais un peu ce qu'elle lisait. J'écarquillais les yeux.
Wow... t'es vraiment une nouvelle venue, alors ? Bah dis donc, je pensais que t'étais native de ce monde...
Je m'installais à côté d'elle, les jambes en tailleur, un sourire narquois sur mon visage encore pâlot.
Tu sais, les livres, c'est bien mais ça ne t'apprendra jamais ce que les êtres vivants peuvent te dire. Les livres, c'est la base. Les vivants, moins vivants et autres non vivants, ce sont les concrétisations.
Je passais une main dans mes cheveux humides qui commençaient à partir dans tous les sens. Sword se hissa sur mes genoux et se lova au creux de mon genoux, la tête posée sur ma cuisse. Je la câlinais un instant puis reportais mon attention sur la demoiselle aux cheveux roses, les sourcils froncés.
Mais... si t'es pas d'ici, comment tu es devenue une Shinigami ? J'avoue que je connais pas mal de gens mais tu es le premier Shinigami que je croise...
Sword siffla, comme pour me mettre en garde.


© Seven

~~~~~~~~~~~~~~~~

« Oooh ! Une luciole ! » Signaturelysander
Merci Twixette pour le kit o/
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptySam 10 Nov - 19:33




« Ca existe ? »


Pv; Akira & Aelys
Je lisais mon livre sur mon nouveau chez moi. J’étudiais les créatures qui peuplaient ce monde, voulant savoir leurs caractéristiques. C’était vraiment intéressant. Je me mis à sourire comme une idiote quand Sera se leva d’un bond, surement qu’elle voulait aller dans sa litière. Elle s’étira comme un gros chat et partit en trottinant. Il fallait absolument que j’étudie les affiliés. Je crois qu’il y avait un chapitre sur, mais je n’étais pas bien sur. Je revenais sur l’index et cherchais le mot qui me conduirait jusqu’au chapitre voulu, s’il y était. J’entendis ma tigresse revenir et je sentis sa mauvaise humeur. Elle avait du croiser Seven ou son serpent. D’ailleurs, comment il s’appelait ? C’était bien son affilié, non ? Je soupirais et replongeais dans mon bouquin sous un sifflement de mon animal. C’était marrant, elle devenait légèrement jalouse depuis qu’il était là. C’était vraiment intéressant. De plus, une certaine personne serait heureuse d’être ici. Je ne devais pas penser à lui …Je passais ma main dans mes cheveux et les agrippais légèrement. Je fis glisser ma main dans mon cou et me remis à ma lecture. En y prêtant attention, j’avais faim. Bah oui, j’avais pas encore mangé. Peut être que je devrais aller demander ce que voulais le démon ? Je penchais la tête sur le côté quand le loup arriva. Un sourire aux lèvres, je me tournais vers lui tandis qu’il écarquillait les yeux. Han, il m’avait pas cru pour ma nouveauté ici. Je m’asseyais, lui laissant de quoi s’installer sur le canapé. Chose qui ne tarda pas. Une fois assis en tailleur, je me tournais vers lui, la tête légèrement penché sur le côté, et écoutais ce qu’il me disait. Sera sauta sur mes genoux et s’installa entre nous deux, comme une barrière entre le garçon et moi. II avait le teint un peu pâle mais semblait aller mieux. En effet, il eut un petit sourire moqueur avant de me dire que les livres c’est bien, les êtres vivants/demi-vivants/non-vivants c’est mieux. Je me mis à rigoler doucement alors qu’il fronçait les sourcils, son serpent sur les genoux. Celui-ci siffla et le garçon dit un truc qui me fit rire.

▬ Mais... si t'es pas d'ici, comment tu es devenue une Shinigami ? J'avoue que je connais pas mal de gens mais tu es le premier Shinigami que je croise...
Très bonne question … Je ne suis pas née ici, en effet. Je suis une petite terrienne qui à vécue comme telle pendant un petit moment. En fait, je ne suis pas sure, mes parents étaient eux aussi des Shinigamis et ils ont fuis ce monde pour m’élever sur Terre. Après, je ne sais pas, hein, je ne peux pas leur demander … Avant que tu demandes pourquoi, je vais te le dire … Ils sont morts quand j’avais sept ans … Mais j’ai vu le fantôme de ma mère qui m’a avouer cette … vérité…

Je me tus. Une douleur dans ma poitrine m’empêchant de continuer. Je ravalais mes larmes avec un petit sourire gênée. Je n’aimais pas parler d’eux … De plus, ils n’étaient plus qu’un souvenir qui s’effaçait peu à peu. C’est plutôt dur de ne plus avoir de parents. Je frissonnais et me levais. Un sourire accroché aux lèvres, les yeux un peu plus perdue ailleurs. Je m’excusais et lui demandais si la tisane ca lui allait. Oui, ca lui ferait du bien d’en boire un peu. Je m’excusais de nouveau et partis dans la cuisine pour préparer nos boissons. Je pris deux bols et les remplis d’eau avant de les faire chauffer. Je cherchais dans mes placards la tisane à la lavande. C’était celle qui apaisait le plus. Le temps que tout chauffa, je joignis mes mains et adressais une prière à on-ne-sait-quel-Dieu. Le « Bip-Bip » du micro-onde me fit redescendre sur terre et je partis chercher des gâteaux. Je retournais vers les tasses brûlantes et les emmenais dans le salon ou Seven n’avait pas bougé d’un pouce. Je souris et posais les bols. Je lui intimais l’ordre de ne pas y toucher pour le moment et je repartis pour la cuisine. Je pris un plateau et y déposais les gourmandises dans une assiette ainsi que les sachets de thé. En avançant vers le salon, je percutais je-ne-sais-quoi et faillis tomber avec mon plateau. Je faillis, je me rattrapais de justesse. Un soupire s’échappa de mes lèvres et je déposais le morceau d’argent sur la table. Bien sur que c’était en argent, j’étais une personne riche. Je m’installais à nouveau en face de lui et attrapais ma tasse plus un des sachets, je l’ouvrais et le fis glisser dans l’eau chaude. Avec une cuillère, je tournais afin que l’eau et la plante puissent se mélanger. Un sourire sur les lèvres, je lui demandais.

Ca existe ça ici ? Je veux dire la lavande. Ces sachets me viennent de Terre donc je ne sais pas si on en trouve. Et puis, il me faut un professeur et t’as l’air d’être né ici, je me trompe ?

J’allais continuer quand Sera se leva d’un bond, renversant nos tasses. La porcelaine s’écrasa par terre et je ne pus que regarder le désastre. Il fallait que je nettoie mais cette porcelaine était une chose que j’avais eue sur Terre, une richesse de mes parents. J’étais horrifiée. Mon affilié ne savait où se mettre et attendais que je fasse quelque chose. Je me mordis la lèvre et vis que tout s’était renversé sur le pantalon du garçon. Je me levais et partis chercher du papier, je revins et le lui tendis. Je m’excusais et excusais ma tigresse par la même occasion. Je lui laissais un peu d’intimité pour se nettoyer tranquillement en me tournant vers la boule de poil. Elle était recroquevillée sur elle-même et semblait avoir peur, ses oreilles couchées sur sa tête. Je tendis la main et la laissais se frotter contre, lui montrant que je ne voulais pas lui faire du mal. Je ne voulais pas me retrouver à l’hôpital –encore- pour un membre arraché. Mais elle semblait avoir peur, mal. Qu’est-ce qu’elle avait ? Je remarquais alors une petite coupure à l’arrière de sa patte. C’est étrange, je ne l’avais pas sentie comme tout à l’heure pour le mur. Je penchais la tête sur le côté et demandais doucement.

Qui t’as fait ca ?

Un petit miaulement s’échappa de sa gueule et je me retournais vers Seven. Etait-ce son animal qui avait fait ca à ma Sera ? Je me posais la question. Si c’était le cas, que faire ? Je me retournais vers mon affilié qui restait couchée sur elle-même puis regardais le serpent. J’étais sure d’une chose. J’étais trop gênée pour parler.

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyDim 25 Nov - 14:19

.
T'as conscience de ce que tu racontes ?
AELYS versus SEVEN
Très bonne question … Je ne suis pas née ici, en effet. Je suis une petite terrienne qui à vécue comme telle pendant un petit moment. En fait, je ne suis pas sure, mes parents étaient eux aussi des Shinigamis et ils ont fuis ce monde pour m’élever sur Terre. Après, je ne sais pas, hein, je ne peux pas leur demander … Avant que tu demandes pourquoi, je vais te le dire … Ils sont morts quand j’avais sept ans … Mais j’ai vu le fantôme de ma mère qui m’a avouer cette … vérité…
Elle se tut mais je vis l'ombre de ses larmes. N'étant toutefois pas habitué à consoler une demoiselle prise d'une crise de larmes, je me renfonçais dans les coussins en priant pour qu'elle ne pleure pas. Je ne savais pas comment réagir. En ce qui me concernait, que mon père soir mort ou pas ne me faisait ni chaud ni froid, c'était plutôt le fait que ma mère soit absente qui m'aurait dérangé. Je pense sincèrement que je ne l'aurais pas supporté vu qu'elle était l'un des seuls membres de ma famille à me soutenir ouvertement et à défier mon crétin de paternel. Aelys se leva, mettant fin à mes pensées morbides et me demanda si la tisane me convenait. Elle devait être vachement troublée par je-ne-sais-quoi parce qu'elle en cessait de s'excuser. Finalement, elle partit en direction de la cuisine. Pendant ce temps, Sword se lova sur mon torse et je me rendis compte que j'étais encore torse-nu. Je me redressais légèrement et attrapais mon blouson de cuir, l'enfilant. Aelys revint avec les tasses et m'interdit d'y toucher. Je lançais un "Oui M'man" sarcastique mais obéit. Je suivis des yeux la demoiselle revenir avec un plateau dont émanait une forte odeur sucrée, la vis se planter sur un obstacle invisible et déposer finalement le plateau sur la table. Je zieutais sur le plateau en argent -elle ne se refusait rien, elle- et entrepris de préparer ma tasse de tisane. Merci maman de m'avoir inculqué ce genre de loisir féminin.
Ça existe ça ici ? Je veux dire la lavande. Ces sachets me viennent de Terre donc je ne sais pas si on en trouve. Et puis, il me faut un professeur et t’as l’air d’être né ici, je me trompe ?
J'allais répondre quand l'animal de compagnie de mademoiselle se leva, renversant les tasses et leur précieux contenu. La porcelaine s'écrasa sur le sol dans un grand fracas. Aelys tirait une drôle de tête mais je retins mes commentaires. Je vis les yeux de mon hôtesse se poser sur mon pantalon et je dû faire un véritable effort pour empêcher les flots de pensées tordues qui envahissaient mon esprit de se manifester. Je suivis le même chemin et vis que le thé s'était renversé sur mon pantalon. Ah. Décidément, le sort voulait que je me déshabille complètement, j'en étais maintenant absolument sûr et certain. Mais le destin avait sans doute oublié que j'irradiais de chaleur et que ça sècherait donc très vite. Aelys s'excusa, ainsi que sa boule de poils. J'haussais les épaules : elle n'y pouvait rien, pas besoin de s'inquiéter. Doucement, je caressais la tête écailleuse de Sword et regardais miss chevelure-bonbon chuchoter quelque chose à sa bestiole, avant de regarder mon python endormi, lovée contre mon torse, bien au chaud. Je fis comme si de rien n'était et répondit donc à la question qu'elle m'avait posée avant que les tasses ne soient renversées.
Effectivement, je suis né ici mais je bosse sur Terre. Enfin... je bosse quand mon patron a un boulot pour moi. Et pour la lavande, je t'avouerais que je n'en sais strictement rien mais je peux toujours demander à ma mère, elle connait toutes les plantes de la région.
Un sourire carnassier étira mes lèvres et je me penchais légèrement vers elle.
Il te faut un professeur, dis-tu ? Surveille tes paroles, certains seraient ravis d'en utiliser les doubles sens. Mais je serais ravi de t'aider. Toutefois, je me dois de préciser que je suis un mercenaire : j'exige donc une chose contre une autre.
Et j'avais déjà une petite idée en tête. Mon sourire s'accentua de manière légèrement menaçante.
Comme tu l'as remarqué, j'ai des... problèmes de santé, appelons-les comme ça. Mon boss est un radin et mon père m'a coupé les vivres, je vis donc dans un taudis. T'as de la place... si je te sers de professeur, héberge-moi le temps que tu te familiarises avec ce monde. C'est tout ce que je demande.
J'hésitais un instant. Qu'elle refuse n'était pas tellement dramatique mais, je l'avoue, j'aspirais à un niveau de vie plus élevé que celui que j'avais actuellement, celui que m'imposait cette fichue malédiction et mon salaire de misère.
Avons-nous un marché ?

© Seven

~~~~~~~~~~~~~~~~

« Oooh ! Une luciole ! » Signaturelysander
Merci Twixette pour le kit o/
Revenir en haut Aller en bas
Aelys L. L. Jones
Shinigami
Shinigami
Aelys L. L. Jones

Messages : 30
Points : 20
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 23

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Capacités et armes:
Couleur: df4c7c

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyJeu 29 Nov - 18:44




« Fais chaud, non? »


Pv; Akira & Aelys
Il répondit très vite à ma question, ce qui me plut assez. Assise en face de Seven, je le regardais se pencher en avant. Néanmoins, j’avais un peu de mal à me concentrer. En effet, il avait mis une veste pour je-ne-sais-quelle-raison et cachait, par la même occasion, son torse nu. Un sourire aux lèvres, je baissais les yeux et regardais la tâche centrale sur son pantalon qui commençait déjà à sécher. Quel dommage, quel gaspillage de thé surtout … Je me mordis la lèvre inférieure, chassant l’idée tordue qui me venait à l’esprit. Je me penchais de même en avant, on aurait pu dire un gros chat guettant le canari du voisin. En même temps, il n’était pas tendre avec moi en me balançant certains sous-entendus de mes phrases, me les faisant comprendre et me donnant de plus en plus de pensées tordues. Et puis, pourquoi ne pas m’amuser ? Ce ne serait pas si grave que ca, quand même. J’étais jolie, j’étais très découverte avec des vêtements me mettant très en valeur et lui, bah il était mignon et à moitié à poil. Ma langue passa sur mes crocs de Shinigami et Sera se leva pour aller plus loin. Elle ne voulait pas regarder ce qui allait se passer. Seulement, j’étais une gentille fille pas très innocente mais gentille quand même. Faisant semblant qu’il avait des miettes de gâteau sur ses lèvres, j’y passais mon doigt comme pour les enlever. Sourire aguicheur, je me levais et pris le plateau pour le ramener. A la cuisine, je m’attrapais un verre d’eau puis je retournais dans le salon et m’asseyais en face du garçon. D’un petit geste de main, je m’éventais. J’avais un peu chaud. Un nouveau sourire moqueur accroché aux lèvres, je lui répondis.

Oui, bien sur, nous avons un … marché. Dans quelle chambre veux-tu dormir ? La mienne ou … ?

Petit sous-entendu gentil. Oui vraiment gentil. Je me redressais et enlevais mon petit pull. Bien évidemment que j’avais un débardeur en dessous mais il était un peu plus transparent et beaucoup plus décolleté. Je sentis son regard sur moi et je ne pus empêcher un rougissement que je cachais par mes éventements. Je pris le verre et le portais à mes lèvres. L’eau glacée coulait dans ma gorge, me rafraichissant un peu. Je le posais sur la table basse et m’étirais. Je regardais Seven dans les yeux et souris. Je me mis sur les genoux et m’approchais de lui, mettant ma poitrine en valeur. Baisserait-il le regard un seul instant, qu’il rencontrerait mon magnifique décolleté. Je continuais de m’avancer, le forçant à se coucher un peu plus sur le canapé. Je voulais m’amuser. Oui, totalement. Peut être qu’il prendrait par au jeu, qu’il le voudrait lui aussi. Je me plaçais au dessus du garçon et passais ma main sur son torse. Je fis glisser un peu sa veste et me rapprochais de son oreille afin de lui susurrer sensuellement.

Tu ne trouves pas qu’il fait un peu chaud ?

Je continuais de faire glisser sa veste tandis que son serpent déguerpissait ailleurs. Sera, oh ma douce Sera. Ma tigresse posa sa patte sur le corps écailleux du serpent et se roula contre, ronronnant. Elle était pas très intelligente et ne devait pas avoir compris que l’objet avec quoi elle jouait était une femelle. C’pas grave, c’est Sera quoi. Puis c’était pas pervers non plus, hein. C’était comme un bout de ficelle. Elle s’amusait à se l’enrouler autour, à la faire bouger. Je passais doucement ma main sur la joue du jeune homme. Comme si c’était un mécanisme, j’approchais mon visage du sien et posais mes lèvres sur les siennes. Le feu aux joues, je me reculais avant de recommencer une nouvelle fois. Ses lèvres n’étaient vraiment pas désagréables. J’esquissais un sourire puis plaquais ma bouche contre la sienne tandis que nos langues s’entremêlaient. Après quelque seconde, je rompais notre baiser et me levais, le laissant légèrement pantois. Je partis nous chercher de quoi nous désaltérer, d’autres appelleront ca de l’alcool et moi je dirais boisson. Enfin, je lui passais son verre et buvais dans le mien. Je me rapprochais de Seven. J’allais pas recommencer, encore une fois. Peut être qu’il voulait pas, lui. Je le rappelle, je suis une gentille et sage fille moi. Donc je lui laisse le choix. Mais s’il continuait, ce serait bien sinon la journée serait bien ennuyeuse. Je m’éventais de nouveau et dis.

Il fait vraiment chaud ici …

Je passais mon doigt sur ma lèvre inférieur, un sourire moqueur collé à celle-ci. Dans mon regard pouvait se lire une espèce d'invitation à continuer. En fait, je priais pour qu'on continu. Vraiment.

© Sweetie

~~~~~~~~~~~~~~~~

400*200
Revenir en haut Aller en bas
Seven L. Lysander
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
SQUATTEUR | Give me candies and nobody will get hurt.
Seven L. Lysander

Messages : 45
Points : 21
Date d'inscription : 20/06/2012

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Capacités et armes:
Couleur: DarkBlood & White

« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » EmptyJeu 29 Nov - 20:19

.
Éteints le radiateur, on se charge du reste...
AELYS feat SEVEN
Aelys ne répondit pas tout de suite mais fit grlisser son index sur mes lèvres. Cela me fit hausser un sourcil inquisiteur tandis qu'elle se levait pour aller dans la cuisine, emportant les petites gourmandises que je n'avais pas encore eu le temps de goûter. Bon tant pis, je trouverais bien de quoi les remplacer. Revenant avec un verre d'eau, elle s'installa à nouveau face à moi, s'éventant de sa main libre. Il faisait pourtant frais dans la pièce.
Oui, bien sur, nous avons un … marché. Dans quelle chambre veux-tu dormir ? La mienne ou … ?
Tu joues avec le feu Princesse... fis-je avec un sourire de prédateur.
Avait-elle seulement conscience de ce qu'elle disait ? J'en doutais mais quand elle ôta son pull, cela chassa toute pensée encore plus ou moins raisonnable. Toutefois, je braquais mon regard sur son visage histoire de pas perdre les pédales. Elle but une gorgée d'eau fraiche et finit par le reposer, s'étirant de telle manière que je levais les yeux au plafond pour ne pas voir son corps onduler. Aussi fus-je très surpris de la sentir gigoter sur le fauteuil. Baissant les yeux, je la vis à genoux sur les coussins, s'avançant vers moi. Malgré moi, je déglutis. Je dû m'allonger à moitié et elle fut bientôt penchée au-dessus de moi. Je sentis sa main sur mon torse et la fermeture glisser un peu. Je rejetais la tête en arrière, les yeux fermés, tandis qu'elle me murmurait sensuellement à l'oreille :
Tu ne trouves pas qu’il fait un peu chaud ?
Tu parles de ma température corporelle ou de l'ambiance ? murmurais-je d'un ton charmeur.
Je devais devenir complètement dingue pour me prendre au jeu de cette demoiselle, moi qui avait horreur de ce genre d'initiative. Non, rectification : j'avais horreur de ce genre d'inintiative quand elle était exécutée par une larbine de mon père. Mais comme Aelys ne le connaissait même pas, je me plierais volontier à tout ce qu'elle pourrait dire. Parce que, ouais, je suis un mec et miss Bonbon est sacrément bien foutue. Et le fait qu'elle soit occupée à m'ôter ma veste (que moi, bon Samaritain, j'avais enfilé pour ne pas l'indisposer) faisait monter en moi des pensées peu recommandables. Ses doigts frais effleurèrent ma joue et je du faire un effort de volonté pour ne pas m'emparer de sa main et les porter à mes lèvres. Elle fit cependant dévier mes pensées vers des horizons plus dangereux en posant ses lèvres sur les miennes. Le temps que l'information arrive à mon cerveau, elle s'était déjà légèrement redressée. Je dois l'avouer, j'adorais le bref contact que j'avais eu avec ses pulpeuses lèvres. Mon dieu, ça devrait être interdit d'avoir une bouche aussi attirante. Elle souris et m'embrassa à nouveau. Cette fois, je lui rendis son baiser, menant la danse sensuelle de nos langues et nous nous séparâmes quand le souffle manqua. Elle se leva, à mon grand regret et disparut à nouveau dans la cuisine. Je baissais les yeux sur ma veste, presque entièrement ouverte. En quelques secondes, elle atterit par terre. Je m'emparais d'un coussin et le calais dans mon dos, histoire d'être mis plus confortablement. Elle revint avec deux verres et m'en tendis un. Le fort arôme ne me trompa guère sur la nature du contenu. De l'alcool. Je trempais mes lèvres dans le breuvage qui laissa une trainée de feu dans ma gorge. Un petit sourire aux lèvres, je la regardais se rapprocher de moi. Elle s'éventa à nouveau.
Il fait vraiment chaud ici …
Elle passa son doigt sur sa lèvre inférieur, me faisant presque avaler de travers ma gorgée. Ou je me faisais des idées ou elle m'invitait clairement à continuer ce qu'elle avait admirablement bien commencé. Déposant mon verre, je glissais une main sur sa hanche menue et l'attirais vers moi.
Chaud, dis-tu ? Attend un peu...
Je ne sais pas trop comment j'en suis arrivé là, mais je me suis finalement retrouvé à genoux dans le canapé, Aelys collée contre moi, pressée contre la canapé. Je l'embrassais fougeusement, dévorant ses lèvres parfaites, une main posée sur sa nuque, l'autre glissant sournoisement de sa hanche vers d'autres horizons. Seulement, la position commençait à être inconfortable et je la renversais sur le canapé, avant de me poster au-dessus d'elle. Mes doigts glissèrent le long de ses lèvres, sur sa mâchoire pour finir près de ses épaules, faisant glisser l'une des fines bretelles de son débardeur que je refusais toujours de zieuter. Je me penchais à nouveau vers ses lèvres, ces divines lèvres qui m'attiraient tel un aimant. Je l'embrassais plus doucement, d'abord, puis nos baiser s'intensifièrent et je fus vite haletant.
Je crois que je commence effectivement à avoir chaud... soufflais-je en l'embrassant dans le cou.
Je me redressais sur les coudes, un peu hésitant. J'avais repoussé toutes les autres femmes qui m'avaient abordé et me retrouver brusquement dans cette situation me déstabilissait légèrement.
Décidément, je me demande si il n'y avait pas un double sens à tes paroles... bien que tu ne sembles avoir nullement besoin d'un professeur pour rendre dingue un démon, susurais-je en couvrant ses épaules de baisers.

© Seven


{Suite ici}

~~~~~~~~~~~~~~~~

« Oooh ! Une luciole ! » Signaturelysander
Merci Twixette pour le kit o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




« Oooh ! Une luciole ! » Empty
MessageSujet: Re: « Oooh ! Une luciole ! »   « Oooh ! Une luciole ! » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
« Oooh ! Une luciole ! »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Rpg :: Archives :: Death City :: Luminescent Forest-
Sauter vers: